Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Déni, Négationnisme des médecins et mise en garde

Publié le par lespilulesquituent

 
La démence et les délires induits par les médicaments sont généralement attribuées à tort à la maladie médicale sous-jacente ou simplement à la «vieillesse». Mais les patients (et même leurs médecins!) pourraient ne pas savoir que par l’arrêt ou la modification de la posologie de nombreux médicaments fréquemment prescrits, la plupart des patients peuvent être restaurés à un état pré-drogue de la fonction mentale.
 
Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d’une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits. Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d’utilisateurs de toxicomanes, à long terme.
.
Beaucoup de ceux qui se retirent subissent des souffrances inimaginables et certains sont laissés en permanence endommagés par le cerveau (voir les récits personnels dans ce document). Ces dommages au cerveau ne seront pas diagnostiqués comme attribuables aux médicaments. Au lieu de cela, les patients souffrant de handicaps graves sont informés que leurs symptômes sont attribuables à la «dépression» ou à «l’anxiété» ou à un autre problème de santé mentale.
 
 » Je dois dire que ma mère qui prenait du temesta depuis des années aussi a eu un nouveau medecin qui a décidé de la sevrer trop rapidement, elle s’est retrouvé aux urgence en état de confusion mentale, et ils ne lui on pas donné son temesta, 24h après elle a fait une grosse crise d’épilepsie et  s’est retrouvé dans le coma.
A son réveil, elle ne reconnaissait plus personne, et ça a duré 2 mois, pendant ces deux mois, j’ai bassiné les medecins en leur disant que je savais qu’elle avait réagit à un sevrage trop rapide des benzos, aucuns ne m’a prise au sérieux.
Ils y sont aller de diagnostique de possible Alzheimer, Parkinson, les deux ensembles aussi, une forme atypique de démence sénile, enfin, j’ai passé 6 mois a me battre contre eux et ma mère s’est retrouvé avec une sonde pour pouvoir manger car elle ne pouvait plus déglutir, les muscles inexistants car elle ne pouvait plus bouger, c’était horrible. »
  » Pour ma mère, elle va bien mieux on pourrait dire, mais au prix de deux ans de rééducation pour tout, incontinence, ne plus pouvoir déglutir, ne plus savoir marcher, elle a été très forte.
Mais elle est maintenant considéré comme épileptique, et a un traitement à vie contre l’épilepsie et évidement »

Ils font passer les effets secondaires des médicaments ou de sevrage, pour une nouvelle maladie ou une aggravation de la maladie initiale (ce qui leur permet de prescrire de nouveaux médicaments)

En 10 secondes, le professeur christian Perronne nous explique le négationnisme médical systématique concernant les effets secondaires des médicaments de BIG PHARMA.

Je soutiens STOP MED TORTURE / SMT

Torturées par leurs médecins, avec des médicaments, des millions de personnes, chaque année, en meurent, sont handicapées ou sont poussées au suicide par d'atroces souffrances. Témoignons, manifestons et disons : STOP A LA TORTURE AVEC DES MEDICAMENTS !!!

EHPAD ou UHR : un univers concentrationnaire, des prisons pour personnes âgées. Alzheimer : diagnostic inventé pour les droguer à mort
Déni,  Négationnisme des médecins et mise en garde
Partager cet article
Repost0

Vous n'êtes pas fou ! : syndrome de sevrage des drogues médicales

Publié le par lespilulesquituent

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.
 
Partager cet article
Repost0

Les psychotropes provoquent la plupart des pathologies qu'ils devraient guérir

Publié le par lespilulesquituent

"Avec les médicaments psychotropes, les médecins créent la maladie faussement diagnotiquée"
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français

Les médicaments sont inefficaces, souvent mortels et provoquent ce qu'ils sont censés traiter

Quelques autres pilules qui tuent
Partager cet article
Repost0

Alzheimer sur ordonnances

Publié le par lespilulesquituent

Partager cet article
Repost0

Introduction aux principes de la médecine moderne

Publié le par lespilulesquituent

La démence et les délires induits par les médicaments sont généralement attribuées à tort à la maladie médicale sous-jacente ou simplement à la «vieillesse». Mais les patients (et même leurs médecins!) pourraient ne pas savoir que par l’arrêt ou la modification de la posologie de nombreux médicaments fréquemment prescrits, la plupart des patients peuvent être restaurés à un état pré-drogue de la fonction mentale.
.
Environ 9,6 millions d’Américains âgés subissent des effets secondaires négatifs de leurs médicaments chaque année. Des effets secondaires connus sont traitées comme si ils étaient de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir.
Plus de deux millions d’Américains sont envoyés à l’hôpital ou gravement blessés par des effets secondaires de chaque année. En fait, avec plus de 100.000 décès chaque année, les réactions indésirables aux médicaments sont une des principales causes de décès aux États-Unis – et bon nombre de ces cas sont évitables !
.

Chaque année, plus de 9,6 millions de réactions indésirables se produisent chez les Américains âgés. Une étude a révélé que 37 pour cent des effets indésirables chez les personnes âgées n’ont pas été signalés au médecin, sans doute parce que les patients ne se rendent pas compte les réactions étaient dus à la drogue. Ce n’est pas trop surprenant étant donné que la plupart des médecins ont admis qu’ils n’ont pas expliqué les effets négatifs possibles à leurs patients.

Les maladies induites par les médecins
Environ 163000 Américains âgés souffrent d’une grave déficience mentale (perte de mémoire, démence) soit causée ou aggravée par les médicaments.
La dyskinésie tardive induite par les médicaments c’est développé chez 73000 personnes âgées, cette condition est la plus grave et commune des effets indésirables des médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible
 Syndrome parkinsonien (pakinsonnisme) 61000 personnes âgées sont également dues à l’utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l’halopéridol (Haldol), la chlorpromazine (THORAZINE), de la thioridazine (MELLARIL), trifluopérazine (STELAZINE), et fluphenazine (PROLIXIN).
 
« La France détient le record du monde pour les décès dus aux médicaments, »
 
 
 

200.000 morts par an en Europe par les médicaments ! (sauvegarde)
Mais « Les différents pays européens ne remontent qu’1 à 10% des cas. » soit environ 4 000 000 morts par an, en Europe par les médicaments (si 5% sont déclarés) ?

« guérir des maladies n’est pas rentable pour les laboratoires »
 
« Ils (l’ industrie pharmaceutique) vous vendent des médicaments dangereux pour gagner de l’argent. Rien d’autre. Si vous pensez que l’ industrie pharmaceutique met des médicaments sur le marché pour vous aider – vous vous trompez lourdement! »

« Les médicaments mis sur le marché sont, d’une façon ou d’une autre, de la fausse monnaie. Le médecin qui prescrit ne sait pas forcément ce qu’il fait. La raison? Les décideurs du système de santé se laissent en grand nombre corrompre par les groupes pharmaceutiques ». Pour Marcia Angell, médecin et ancienne membre de la rédaction en chef du New England journal of Medecine, « Il n’est plus possible de croire les recherches publiées, ni de se fier au jugement de son médecin de famille »
   
« L’industrie pharmaceutique a infiltré et corrompu tous les systèmes de santé publique dans le monde à tous les niveaux : médecins, instituts de recherche, publications scientifiques prestigieuses de même que les agences gouvernementales comme la FDA. Très peu de gens tirent avantage des médicaments qu’ils consomment. En fait, les médicaments seraient la troisième cause de décès dans les pays riches…Pour sortir de cette situation intenable, il faudrait rien de moins qu’une révolution : abolition des brevets en pharmacie; interdiction de tout marketing et de toute recherche clinique à l’industrie ; disqualification systématique de tout expert ayant un conflit d’intérêts, qu’il soit financier ou simplement intellectuel. Notre système de santé serait donc menacé non pas par le vieillissement de la population, mais bien par l’explosion de la pharmaceutique. »
professeur Turcotte fernand
 
 

« la médecine est devenue folle » (ARTE télé)

 les autres émissions, reportages, vidéos, sur les médicaments, la médecine et surtout les escroqueries, a ne pas manquer :

Pharma – Le Cartel criminel de la «Santé» partie 1 et partie 2
Torture, horribles sevrages des benzodiazépines : quelques vidéos témoignages complémentaires
Partager cet article
Repost0

Principes des addictions psychiatriques

Publié le par lespilulesquituent

 
Principes des addictions psychiatriques
11. Les médecins qui prescrivent des interventions biopsychiatriques ont en général une estimation irréaliste des risques et des bénéfices du traitement. Les interventions biopsychiatriques sont fondées sur le principe du “désemparement et déni iatrogènes” (iatrogenic helplessness and denial, IHAD). Il se réfère au mécanisme qui fait que le patient perd, par la façon dont le traitement est appliqué et par l’effet chimique ou neurologique du traitement, toute capacité d’évaluation de ses réactions, du handicap créé par le traitement, et des assertions du médecin. « Le psychiatre biologique utilise des techniques connues d’autorité et impose des traitements destructeurs du SNC pour obtenir un désarroi et une dépendance accrus du patient. » La IHAD implique le déni de la part et du médecin et de la part du patient des dommages créés par le traitement, tout autant que des réels troubles psychologiques et contextuels présents. La IHAD rend compte de la fréquence avec laquelle les traitements par techniques destructrices du cerveau sont utilisés en psychiatrie: électrochocs, psychochirurgie, et médication toxique. Le fait que le traitement détruit des fonctions cérébrales amène la soumission du patient par le biais de la perte de fonctions essentielles telles que la vitalité, la volonté et le raisonnement. Le déni vise non seulement la destruction des fonctions essentielles chez le patient, mais aussi le fait que ses problèmes psychologiques continuent. Ce déni est assorti de confabulation [procédé commun à toutes les addictions avec produit. [le déni est un procédé de défense archaïque (stade oral-anal)]]….
 
Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d’une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits. Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d’utilisateurs de toxicomanes, à long terme
 
C’est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c’est complètement faux. Nous n’avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n’ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.
 
« Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux . »

« Les patients sont littéralement torturés par les médicaments qu’on leur donne »

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Les médicaments psychiatriques sont beaucoup plus dangereux que vous ne l’avez jamais imaginé !

« Les drogues psychiatriques sont beaucoup plus dangereuses que les drogues illégales »

Antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques: un demi-million de décès par année chez les plus de 65 ans en occident

 

Partager cet article
Repost0

Les médicaments qui rendent fou : listes

Publié le par lespilulesquituent

Selon l'OMS, le nombre de personnes atteintes de démence devrait tripler et passer ainsi de 50 millions actuellement à 152 millions d’ici à 2050.
 
Les antidépresseurs, les médicaments contre l'anxiété, les sédatifs, les corticostéroïdes, les narcotiques, les antihistaminiques, les médicaments cardiovasculaires et les anticonvulsifs font partie de la liste des médicaments publiés dans le guide qui causent les symptômes de la démence. Il s'agit d'une très vaste gamme de médicaments, et de nombreuses personnes âgées prennent des médicaments appartenant à une ou plusieurs de ces catégories. En fait, vous devriez peut-être aller vérifier votre armoire à pharmacie tout de suite.
 
Infection par le VIH, Parkinsonisme et antiparkinsoniens, Épilepsie, Antibiotiques, Médicaments cardiovasculaires, Agents antinéoplasiques, Analgésiques, Les médicaments qui ciblent le système endocrinien Immunomodulateurs, Relaxants musculaires squelettiques, Système respiratoire, QCM.
 
"rendre les gens déments avec les médicaments psychotropes : Il est probable que tous les médicaments psychotropes infligent des lésions chroniques au cerveau, les quelles seront souvent perrmanentes et dont le prototype est le dérèglement de la fonction cognitive.Parce que les médicaments psychotropes sont tellement utilisés de nos jours, une grande partie de la démence que l'on observe actuellement est iatrogène,c'est à dire qu'elle est causée par les médecins. Une étude de 17 ans du Framing Heart Study a montré que les antidépresseurs augmentent d'environ 50% le risque de souffrir de démence."
 
neuroleptiques, antidépresseurs, dépresseurs, Anti-Convulsants, Stabilisateurs d'humeur,  Anti-Parkinson, Analgésiques, Antibiotiques, Médicaments hypertensifs, Lioresal/ baclofène, Méthylphénidate / Ritaline, Barbiturique, Atropine, Médicaments contre l'asthme, Médicaments gastro-intestinaux, Médicaments du cœur....
 
La démence et les délires induits par les médicaments sont généralement attribuées à tort à la maladie médicale sous-jacente ou simplement à la «vieillesse». Mais les patients (et même leurs médecins!) pourraient ne pas savoir que par l’arrêt ou la modification de la posologie de nombreux médicaments fréquemment prescrits, la plupart des patients peuvent être restaurés à un état pré-drogue de la fonction mentale.
 
L'incidence croissante des démences avec le vieillissement des populations en fait un enjeu majeur de santé publique. Parmi les causes envisagées, l'étiologie médicamenteuse n'est pas considérée. Nous avons estimé le risque de démence associé à la prise médicamenteuse par une étude cas/non-cas en utilisant les cas notifiés de la Banque française de Pharmacovigilance. Parmi 263 962 observations saisies entre 1985 et 2005, 79 (0,03 %) sont des démences. L'âge médian est de 66 ans avec 41 femmes et 37 hommes. Les classes pharmacologiques impliquées sont majoritairement des médicaments neurotropes comme les anticonvulsivants, les médicaments antiparkinsoniens, antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques, antipsychotiques et morphiniques mais également non neurotropes comme l'interféron alfa-2B, l'allopurinol et la vancomycine. Au niveau des mentions légales, seul l'acide valproïque bénéficie d'une mention "syndrome démentiel" alors que d'autres médicaments peuvent également entraîner une démence. L'étiologie médicamenteuse des démences existe mais est sous-estimée en particulier dans la population âgée.
 
Jusqu'à l'avènement des médicaments psychiatriques de Big Pharma, la plupart des gens qui souffraient d'un épisode psychotique (schizophrénie) guérissaient.
- Jusqu'à l’arrivée du Lithium, le trouble maniacodépressif était si rare qu’à peine une personne sur cinq à dix mille en était atteinte, et presque toutes se rétablissaient. De nos jours, un Zunien sur 20 à 50 est diagnostiqué de cela et drogué pour. C’est désormais considéré comme une affection permanente.
- En 2007, le nombre d'enfants handicapés mentaux était 35 fois plus élevé que le nombre de 1990.  - Jusqu’à ce que les gens soient drogués pour la schizophrénie, leur espérance de vie était identique à celle des autres. De nos jours, toute personne diagnostiquée peut s’attendre à voir son espérance de vie réduite de 25 ans. Cela signifie qu’un homme qui aurait pu espérer avoir une durée de vie typique, aujourd'hui de 78 ans en Zunie, est susceptible de vivre seulement 53 ans s'il est traité avec des antipsychotiques
 
Score 1 (effet anticholinergique léger): : Alimemazine, Alprazolam (xanax) , Alverine , Atenolol , Beclometasone, dipropionate , Bupropion, hydrochloride , Captopril , Chlorthalidone, Cimetidine hydrochloride , Clorazepate, Codeine , Colchicine, Dextropropoxyphene , Diazepam (valium), Digoxin, Dipyridamole, Disopyramide, Fentanyl, Fluvoxamine , Furosemide , Haloperidol (haldol), Hydralazine , Hydrocortisone , Isosorbide , Loperamide, Metoprolol , Morphine , Nifedipine , Prednisone/Prednisolone, Quinidine , Ranitidine, Theophylline , Timolol maleate , Trazodone , Triamterene
Score 2 (effet anticholinergique modéré): Amantadine , Belladonna alkaloids , Carbamazepine (tégrétol) ,, Cyclobenzaprine , Cyproheptadine, Loxapine, Meperidine , Methotrimeprazine , Molindone, Oxcarbazepine, Pethidine hydrochloride, Pimozide
Score 3 (effet anticholinergique sévère): Amitriptyline , Amoxapine, Atropine , Benztropine , Chlorpheniramine, Chlorpromazine , Clemastine, Clomipramine , Clozapine, Darifenacin , Desipramine , Dicyclomine , Diphenhydramine, Doxepin , Flavoxate, Hydroxyzine (atarax), , Hyoscyamine , Imipramine (tofranil), Meclizine, Nortriptyline , Orphenadrine , Oxybutynin ,Paroxetine (déroxat), Perphenazine , Procyclidine , Promazine , Promethazine, Propentheline , Pyrilamine , Scopolamine , Thioridazine, Tolterodine, Trifluoperazine , Trihexyphenidyl , Trimipramin
 
Plusieurs médicaments pris par les personnes âgées sont liés à un risque accru de déclin cognitif et de mortalité, surtout lorsqu’ils sont combinés, selon une étude, publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society.
 
Liste partielle des médicaments associés à une déficience cognitive induite par un médicament
Anticonvulsivants
- Carbamezépine (CARBATROL, TEGRETOL)
- Clonazépam (KLONOPIN)
- Ethosuximide (ZARONTIN)
- Felbamate (FELBATOL)
- Fosphénytoïne (CEREBYX)
- Gabapentin (NEURONTIN) **
- Lamotrigine (LAMICTAL)
- Lévétiracétam (KEPPRA)
- Lorazépam (ATIVAN) *
- Oxcarbazépine (TRILEPTAL)
- Phénytoïne (DILANTIN)
- Prégabaline (LYRICA) *
- Primidone (MYSOLINE)
- Tiagabine (GABITRIL)
- Topirimate (TOPAMAX)
- Acide valproïque (DEPAKENE)
- Zonisamide (ZONEGRAN)

Antihistaminiques (ce sont des médicaments en vente libre, et trop nombreux pour être listés)
- Azélastine (ASTELIN) *
- Injection de chlorphéniramine
- Cyproheptadine (PERIACTIN)
- Desloratadine (CLARINEX) *
- Injection de diphenhydramine
- Hydroxyzine (ATARAX, HY-PAM, VISTARIL)
- Olopatadine (PATANOL)

Benzodiazépines
- Amitriptyline et chlordiazépoxide (LIMBITROL) *
- Chlordiazépoxide et clidinium (LIBRAX) **
- Clonazépam (KLONOPIN)
- Clorazépate (TRANXENE) *
- Estazolam (PROSOM) *
- Flurazépam (DALMANE) *
- Halazépam (PAXIPAM) *
- Lorazépam (ATIVAN) *
- Oxazépam (SERAX) **
- Prazepam (CENTRAX) *
- Quazépam (DORAL) *
- Témazépam (RESTORIL) *

Sédatifs aux benzodiazépines
- Eszopiclone (LUNESTA)
- Zaleplon (SONATA)
- Zolpidem (AMBIEN)

Corticostéroïdes
- Bétaméthasone (ALPHATREX, DIPROLENE, DIPROSONE)
- Cortisone (CORTONE)
- Dexaméthasone (DECADRON, HEXADROL, MYMETHASONE)
- Fludrocortisone (FLORINEF)
- Hydrocortisone (ALA-CORT, HI-COR, HYTONE, AVANTAGE LIQUIDE À L'OXYGÈNE LIQUIDE NEACLEAIRE, PÉNÉTRANT, SYNACORT, CORTEF, HYDROCORTONE)
- Méthylprednisolone (MEDROL)
- Prednisolone (PRELONE)
- Prednisone (DELTASONE)
- Triamcinolone (ARISTOCORT, KENALOG, TRIACET, TRIDERM)

Médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson
- Benztropine (COGENTIN) *
- Bromocriptine (PARLODEL) **
- Entacapone (COMTAN) **
- Entacapone avec lévodopa et carbidopa (STALEVO) **
- Selegiline / deprenyl [oral] (ELDEPRYL) **
- Tolcapone (TASMAR) *

Antibiotiques de fluoroquinolone
- Ciprofloxacine (CILOXAN, CIPRO) **
- Gatifloxacine (TEQUIN) *
- Gemifloxacine (FACTIVE) *
- Lévofloxacine (LEVAQUIN) **
- Lomefloxacin (MAXAQUIN) **
- Moxifloxacine (AVELOX) *
- Moxifloxacine [collyre] (VIGAMOX)
- Norfloxacine (CHIBROXINE, NOROXINE) **
- Ofloxacine (FLOXIN) **
- Ofloxacine [œil] (OCUFLOX)
- Sparfloxacine (ZAGAM) *
- Trovafloxacine (TROVAN) *

H2-antagonistes (généralement associé au delirium seulement)
- Cimétidine (TAGAMET)
- Famotidine (PEPCID)
- Nizatidine (AXID)

Opiacés (généralement associés au delirium seulement)
- Acétaminophène et codéine (APAP, TYLENOL AVEC CODEINE)
- Acétaminophène et hydrocodone (BANCAP-HC, LORTAB, VICODIN)
- Acétaminophène et oxycodone (PERCOCET, ROXICET, TYLOX) **
- Aspirine et oxycodone (PERCODAN) **
- Butalbital, acétaminophène et caféine (ESGIC PLUS, FIORICET) *
- Butalbital, caféine et aspirine (FIORINAL) *
- Butalbital, caféine, aspirine et codéine (FIORINAL AVEC CODEINE) *
- Butorphanol (STADOL) *
- Fentanyl [patch] (DURAGESIC) **
- Hydrocodone et ibuprofène (VICOPROFÈNE)
- Hydromorphone (DILAUDID)
- Meperidine (DEMEROL)
- Pentazocine (TALWIN) *
- Pentazocine et naloxone (TALWIN-NX) *
- Tramadol et acétaminophène (ULTRACET) *

Antidépresseurs tricycliques
- Amitriptyline et chlordiazépoxide (LIMBITROL) *
- Amitriptyline et perphénazine (TRIAVIL) *
- Amoxapine (ASENDIN) **

Autre
- Digoxine (DIGITEK, LANOXICAPS, LANOXIN)
- Lithium (ESKALITH, LITHOBIDE, LITHONATE)
Médicaments de synthèse mis en cause
  • les inhibiteurs calciques dans leur ensemble
  • les β bloquants
  • les neuroleptiques
  • les antidépresseurs imipraminiques
  • les statines (hypolipémiants : Tahor, Crestor)
  • les IPP (Inhibiteurs de la pompe à protons) dans les gastrites + RGO
  • la plupart des anticoagulants
  • les diurétiques
  • les biphosphonates (ostéoporose)
  • les additifs et colorants identifiables par la lettre E suivie d’un chiffre. Nombre d’entre eux consommés régulièrement (et parfois même intégrés aux médicaments : colorants) sont délétères pour la membrane cellulaire.

Publié dans drogues psychiatriques

Partager cet article
Repost0

INTRODUCTION A LA VITESSE DE METABOLISATION (ENZYMES CYP 450)

Publié le par lespilulesquituent

informations
 
Certains EIG peuvent être prévisibles, sur la base pharmacodynamiques et pharmacocinétiques.....L'incidence globale des EIG chez les patients hospitalisés aux États-Unis a été estimé à 06/02 à 06/07% et l'incidence des effets indésirables mortels est estimée à 0,15-0,3% (REF. 2 ). Cela se traduit par plus de 2 millions EIG estimés chez les patients hospitalisés chaque année, avec plus de 100.000 morts, ce qui rend ces réactions comme une des causes ies plus mportantes de décès aux États-Unis. Des études en Europe et en Australie ont donné des estimations semblables 3 . Le fardeau des coûts résultant est énorme, ce qui représente des dizaines de milliards de dollars, et a un impact sur ​​les deux l'industrie pharmaceutique internationale des soins de santé et 4 .
 
Pharmacologies iatrogènes
Depuis l994, un nombre important de documents ont été publiés dans des revues à comité de lecture principales revues médicales sur les effets indésirables des médicaments (EIM). L'estimation approximative est que chaque année 2,2 millions d'Américains sont hospitalisés pour les ADR et plus de 100.000 en meurent. Ce sont simplement des réactions indésirables aux médicaments, qui sont souvent mais pas toujours, imprévisibles, et ne figurent que dans les petits caractères de la prescription de l'information. Les premiers documents ont été accueillies avec incrédulité qui se sont révélés être scientifiquement valable et le suivi des données confirme ces conclusions. Cela suscite une vive inquiétude à tous les niveaux, mais il pourrait être le cas que la volonté de prendre des mesures appropriées sont quelque peu influencé par les énormes dons faits aux partis politiques des deux côtés de la nef par les sociétés pharmaceutiques. 
 
On estime que 5 % à 10 % de la population européenne est "métaboliseur lent" pour une raison génétique.Il a été également établi que 44 % des personnes se plaignant d'effets secondaires sont des métaboliseurs lents.
Ce chiffre de 5 à 10 % ne compte pas les personnes les personnes âgées, dont le métabolisme naturel et normal diminue comme vu précédemment, ne compte pas les personnes ayant une insuffisance hépatique ou rénale ou toute autre maladie diminuant le métabolisme hépatique, ne compte pas non plus les personnes prenant plusieurs médicaments, lesquelles auront souvent aussi des concentrations trop importantes du fait de la concurrence enzymatique.
 
pharmacodépendance chez le sujet agé
Avec l’âge, les grandes fonctions métaboliques et homéostasiques perdent de leur efficacité et l’on observe des modifications de la pharmacocinétique de nombreux médicaments (diminution de l’élimination et risque d’accumulation)
 
La pharmacologie et nous - III. Personnes âgées et psychotropes 
Source : "Les antipsychotiques", chapitre 14
Le vieillissement est associé à une diminution phy­siologique des capacités fonctionnelles de la plupart des organes du corps humain. La prise en compte de ces modifications et de leurs conséquences en termes de pharmacocinétique et de pharmacodynamie est nécessaire à une prescription sécurisée des psycho­tropes. Les modifications pharmacocinétiques liées au vieillissement sont caractérisées par une diminution de l'absorption (par diminution  de  l'acidité, de la mobilité, de l'afflux sanguin et de la surface gastro­ intestinale), une diminution de la fixation protéique (par diminution de l'albuminémie), une augmenta­tion du volume de distribution des médicaments lipo­philes, une diminution du métabolisme hépatique et de l'excrétion rénale.De façon générale, les modifi­cations pharmacodynamiques liées au vieillissement provoquent une hypersensibilité du système nerveux central aux psychotropes, une élimination plus lente et une métabolisation moins efficace (5) des psychotropes. En outre, les sujets âgés souffrent fréquemment de co­-morbidités médicales à risque de se voir décompensées par les effets indésirables des psychotropes et des anti­psychotiques en particulier. Enfin, les personnes âgées sont sujettes à la polymédication et ainsi exposées au risque d'interactions
...débuter le traitement à  une  posologie  plus faible (3 à 4 fois en général) que chez l'adulte jeune.
les augmentations posologiques, lorsqu'elles sont nécessaires, doivent se faire lentement (règle dite du start low, go slow) ;
éviter la prescription simultanée de plusieurs psychotropes de la même classe et de plusieurs classes de psychotropes ; évaluer régulièrement l'efficacité clinique et les effets indésirables, en recourant au besoin à des échelles d'évaluation clinique validées chez le sujet âgé..
..
Les systèmes métaboliques enzymatiques n’étant que partiellement développés à la naissance, les nouveau-nés ont des difficultés à métaboliser certains médicaments. Avec l’âge, l’activité enzymatique décroît et les personnes âgées, comme les nouveau-nés, ne métabolisent pas les médicaments avec la même efficacité que les grands enfants ou les jeunes adultes (voir Vieillissement et médicaments). Les nouveau-nés et les personnes âgées requièrent donc souvent des dosages moindres par kilogramme de poids corporel par rapport aux jeunes ou aux adultes d’âge moyen.
 
ces médicaments s’accumulent dans l’organisme au lieu d’être évacués par les reins. Ils provoquent alors somnolence ou excitation, perte de mémoire ou raideur des membres. Ils sont à l’origine de chutes, confusions, sédation excessive.
 
Les cytochromes P450 (CYP) sont un groupe d’iso-enzymes localisées pour l’essentiel dans le réticulum endoplasmique des cellules hépatiques. Ils catalysent l’oxydation ou la réduction de substances lipophiles endogènes …(médicaments),
 
La pharmacogénétique détermine la capacité fonctionnelle de chaque personne à métaboliser et d’excréter les médicaments prescrits; l’efficacité des médicaments est déterminé par les variations génétiques humaines naturelles qui influencent peuples réponse aux médicaments. Les médicaments psychotropes sont métabolisés à travers différents sites et systèmes dans le corps. Un site majeur est le CYP 450 Cytochrome famille, que l’on trouve principalement dans le foie. 75% de tous les médicaments psychotropes sont métabolisés par le CYP2D6 et 15% par la voie de CYPC19. La pharmacogénétique a été connu et utilisé par les compagnies pharmaceutiques pour de nombreuses années. Les essais de médicaments sont menées sur les personnes qui sont spécifiquement sélectionnés pour leur efficacité pour métaboliser chaque médicament spécifique. Cela permet aux entreprises pharmaceutiques de montrer le meilleur résultat possible pour le nouveau médicament; cela a le potentiel pour réduire au minimum les effets indésirables et d’effets secondaires.
 
Le dénominateur commun des personnes souffrant de symptômes de fibromyalgie est un métabolisme anormalement lent.
 
Pharmacologiques iatrogènes
 
Objectif: Examiner la relation entre les allèles variants de gènes CYP450 3 (CYP2D6, CYP2C9 et CYP2C19), des médicaments qui interagissent et akathisie chez les sujets visés à une pratique de la psychiatrie légale à Sydney, en Australie. Objectif: Examiner la relation entre les allèles variants de gènes CYP450 3 (CYP2D6, CYP2C9 et CYP2C19), des médicaments qui interagissent et akathisie chez les sujets visés à une pratique de la psychiatrie légale à Sydney, en Australie.
 
Je suppose également que vous êtes tous conscients qu’un simple dépistage des patients déficients en CYP2D6 pourrait éventuellement sauver toute souffrance du patient et éventuellement réduire ADR ?
 
Cette enzyme n’est spécifique que de certaines espèces (homme, gerbille, porc) mais elle n’est pas retrouvée chez le rat, le hamster et le cochon d’inde. Le chlordécone et ses produits de dégradation sont lentement éliminés par l’organisme principalement par les fèces. Ce processus d’élimination peut prendre plusieurs mois. Chez l’homme par exemple, la demi-vie sanguine du chlordécone est de 165 jours (± 27)
 
lors des périodes où l’alimentation était conventionnelle soulève de graves questions quant aux risques chroniques liés à cette exposition […] Les enfants dont l’alimentation est constituée de produits issus de l’agriculture biologique auront une probabilité plus faible de développer des problèmes neurologiques, un résultat commun des pesticides organophosphatés ».
 
l’effet des pesticides est augmenté chez les métaboliseurs lents (environ deux fois)
 
Barbeau et al.(1985) ont postulé que la maladie de Parkinson (PD; 168600 ) est le résultat de facteurs environnementaux agissant sur ​​les personnes génétiquement prédisposées dans un contexte de vieillissement normal, et a noté que de nombreux xénobiotiques neurotoxiques potentiels sont décontaminées par le cytochrome P450 hépatique. Chez 40 patients atteints de la MP, Barbeau et al. (1985) ont trouvé qu’un nombre important de patients avaient partiellement ou totalement défectueux 4-hydroxylation de la débrisoquine par rapport aux témoins; En outre, les métaboliseurs lents avaient apparition précoce de la maladie. Dans une étude de 229 patients atteints de la maladie de Parkinson et 720 contrôles, Smith et al. (1992) ont constaté que ceux avec le phénotype de métaboliseur faible avaient un 2,54 fois (95% intervalle de confiance de 1,51 à 4,28) de risque accru de la maladie de Parkinson. Elbaz et al. (2004) et Deng et al. (2004) a présenté des preuves suggérant que PM sont à risque accru de développement de PD que lorsqu’il est combiné avec l’exposition aux pesticides.
…La concentration de métabolites O-déméthylation peut être autant que 45 fois plus élevé chez les personnes ayant un métabolisme du CYP2D6 ultrarapide comme dans ceux qui ont mauvais métabolisme
 
Les enzymes du cytochrome P450 (CYP) sont actifs dans le métabolisme de la grande variété de xénobiotiques. L’enquête sur les contributions des CYP humains dans les pesticides métabolisme, en particulier d’insecticides, est encore en croissance. L’un des les outils de fond pour faciliter cette tâche est en triant la contribution de chaque CYP humaine isoforme dans le métabolisme des pesticides. cette document tente de fournir un litre complète ature enquête sur le rôle de hépatique humaine CYP tels que CYP1A1 humaine, CYP1A2, CYP2A6, CYP2B6, du CYP2C8, du CYP2C9, CYP2C19, CYP2D6, CYP2E1, CYP3A4, CYP3A5 et CYP3A7 dans les pesticides biotransformation in vitro ainsi que pour trier les réactions médiation. Basé sur les publications pertinentes identifiées par la recherche des bases de données de 1995 à 2011, plus de 400 réactions métaboliques étaient déclarés être médiée au moins en partie par CYP humaines in Vitro. Quelques informations sur les anciens documents ont été obtenus à partir de litres précédente ature enquêtes compilées par Hodgson 2001 et 2003. Enfin, nous donnons bref aperçu de modulations et les conséquences de CYP humaine potentiels – interactions gènes de pesticides
 
donc avec un risque particulierement élevé de réactions indésirables aux médicaments lorsque ces individus prennent plusieurs médicaments … Cela signifie que potentiellement jusqu’à 1 milliard de personnes sur la planète ne peuvent pas métaboliser et éliminer les médicaments couramment prescrits de leur corps « . Les antidépresseurs sont parmi les drogues les plus dangereuses disponibles Les dernières décennies ont été marquées par un immense travail de con par l’industrie pharmaceutique industrie. Cette déception n’a pas seulement vous, le consommateur ciblé, mais aussi le gouvernement organismes comme la FDA et les médecins sans méfiance qui croient vraiment qu’ils aident leurs patients par les antidépresseurs et d’autres médicaments de prescription. Ces traitements ont été commercialisés comme sûr et efficace, alors qu’en réalité, ils ne sont pas. Il semble que les antidépresseurs et antipsychotiques (aussi appelés neuroleptiques) sont peut être parmi les médicaments les plus dangereux de tous. Les médicaments antidépresseurs provoquent 40000 décès par an, mais ils sont distribués comme des bonbons aux adultes comme aux enfants.
 
Les produits chimiques sont attirés par, et conservés dans les tissus adipeux. Le cerveau est une cible de premier choix pour ces chimiques destructeurs à cause de son haut contenu en gras et de l’apport de flux sanguin important.
 
39-45 doses de vaccin au moment où vous êtes 6 ans. Et maintenant ajouter la récente in utero tourné pour le fœtus, le vaccin contre la grippe par le mercure. L’épidémie du TDAH, TDA, TOC, bipolaire, l’autisme, l’encéphalite, la narcolepsie est due à la quantité excessive de vaccins qui sont forcées sur les enfants par notre gouvernement afin d’entrer dans l’école. Pour compenser ou d’atténuer les effets de la lésion vaccinale, mal nomered comme « maladie mentale » psyché médicaments sont donnés comme des bonbons. 25% de tous les enfants américains sont sur ​​les médicaments psyché. Et maintenant, la Coalition nationale des femmes organisées découvrir l’un des péchés les plus graves Pharma dans l’histoire de la psyché moderne. L’information qui aurait permis d’éviter les fusillades dans les écoles, les homicides, les overdoses, l’épidémie bizarre de malades mentaux dans les dernières années a été disponible pour vers 15 ans, depuis la cartographie génétique. Cytochrome P450 2D6 est la voie la plus importante du métabolisme qui détoxifie 50% de tous les médicaments et les drogues illicites psyché.7-10% des Caucasiens, par exemple, sont pauvres ou non-métaboliseurs en raison d’une suppression ou d’une activité non de la voie 2D6. Il ya un pourcentage d’Asiatiques et les Américains Afrikan qui sont des métaboliseurs lents.Lorsque certains médicaments (liste ci-dessous) sont donnés à ces données démographiques, en raison de leur incapacité à les métaboliser, ces personnes deviennent psychotiques, homicide, suicide, un danger pour eux-mêmes et de la société. Il ya d’autres voies sur le cytochrome P459 3A4 comme Cyt impliqués dans les rapports psychose de soldats sur Larium, un médicament contre le paludisme. Un autre exemple: la marijuana (cannibales) est un puissant inhibiteur du cytochrome P450 isoenzymes 3A4, 2C19, 2D6 et. Il s’agit d’une variation génétique, c’est tout.. Ethiopiens et qu’Afrikains traditionnel tanzanien qui ont eu des sols pauvres pour cultiver des aliments ont été consommant beaucoup de mauvaises herbes (adventices médecine), ils ont évolué à multiplier leurs 2D6 du cytochrome. Ces gens sont des «métaboliseurs rapides». Il s’agit d’un test très simple: Swap de la bouche, des dents et des gencives avec 2 compresses stériles (ressemble q-tips) et l’envoyer à notre contact laboratoire en Australie.
 
et avec la théophylline et vaccin BCG. Certaines de ces interactions sont encore non confirmées. Le mécanisme sous-jacent de l’interaction est considéré comme due à ce vaccin (comme un inducteur de l’interféron) inactivant le système P-450 du cytochrome hépatique
 
Les deux patients hallucinés 5-6 jours après avoir reçu le vaccin contre la grippe saisonnière. 1 Tramadol inactivation est médiée par le cytochrome CYP3A4 et en pourcentage mineur par le cytochrome CYP2B6, 2,3 tandis que la formation de son principal métabolite actif (M1) a lieu par l' intermédiaire du cytochrome CYP2D6. Il a été démontré que le vaccin contre la grippe peut diminuer l'activité du cytochrome CYP3A4 et que cette diminution atteint son maximum 7 jours après la vaccination

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Publié dans médecine

Partager cet article
Repost0

ASSOCIATIONS DE VICTIMES

Publié le par lespilulesquituent

Avril est un organisme de bienfaisance qui cherche à faire prendre conscience que de nombreux médicaments et les anesthésiques peuvent chaque jour provoquer des effets indésirables psychiatriques (ADR) ou des effets de sevrage, y compris la dépression, l'anxiété, l'insomnie, l'agitation, l'automutilation, pensées suicidaires et d'actions, ou de la violence envers les autres.
 
"Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux ."
 
PMAG estime que chaque citoyen devrait être bien informés sur tous les médicaments psychiatriques qu' ils sont invités à prendre , afin qu'ils puissent prendre des décisions responsables concernant leur propre santé .
 
activisme indépendante des droits de l'homme et des alternatives humaines en santé mentale.
Partager cet article
Repost0

MEDICAMENTS ANTICHOLINERGIQUES (environ 300 en France)

Publié le par lespilulesquituent

extrait de : médicaments anticholinergiques : ne jamais stopper brusquement

Les médicaments anticholinergiques, pris très couramment, causent des problèmes cognitifs en moins de 60 jours chez les personnes âgées, selon une étude financée par le National Institute on Aging américain et publiée dans la revue Alzheimer's & Dementia.Ces médicaments bloquent l'acétylcholine, un neurotransmetteur du système nerveux. Un effet similaire est constaté avec 90 jours d'utilisation continue de plusieurs médicaments ayant un effet anticholinergique plus faible.Ils incluent des médicaments en vente libre (tels que des somnifères et des médicaments contre les fuites urinaires) et des médicaments prescrits (tels que des médicaments contre l'hypertension et les maladies cardiovasculaires).
 
liste de plus de 70 médicaments: Ces molécules qui mettent en danger la vie des seniors (les médicaments qui ont un effet dit «anticholinergique» favorisent la mortalité des personnes âgées.)
Le Figaro cite des tranquillisants tels que Largactil, Terfluzine, des antitussifs tels que Broncalene, Broncorinol, des antidépresseurs tels que Elavil, Laroxyl, Tofranil, des antihypertenseurs comme Atenolol, des diurétiques comme Aldalix, Furosemide, des antiashmatiques comme Asmabec, Beclojet, des antiépileptiques comme Tegretol, des molécules prescrites dans le traitement du glaucome telles qu’Azarga, Combigan, Cosopt ou pour les incontinences urinaires comme Ditropan, Oxybutynine;;;
 
Le site
 
Certains médicaments anticholinergiques consommés de façon prolongée par les personnes âgées pour traiter la dépression, la Maladie de Parkinson, les allergies ou l'incontinence urinaire, peuvent entrainer des risques irréversibles de démence et de Maladie d'Alzheimer.
 
Un médicament anticholinergique inhibe (réduit) l’action de l’acétylcholine, un neurotransmetteur qui intervient dans le cerveau et surtout dans le système nerveux parasympathique. Ces médicaments s’opposent ainsi à l’action du système nerveux parasympathique. Les médicaments anticholinergiques incluent des antihypertenseurs, des diurétiques, des agents cardiovasculaires, des antidépresseurs, des anxiolytiques (tranquillisants), des antiépileptiques, des antitussifs, des anti-ashmatiques (dont certains sont utilisés comme somnifères), des antibiotiques, des médicaments pour le traitement du glaucome et des incontinences urinaires.
 
L’acétylcholine, abrégée en ACh, est un neurotransmetteur qui joue un rôle important aussi bien dans le système nerveux central, où elle est impliquée dans la mémoire et l’apprentissage, que dans le système nerveux périphérique, notamment dans l’activité musculaire et les fonctions végétatives.
 
Les médicaments ayant des propriétés anticholinergiques peuvent causer le délire, mais à plus long terme des effets qui peuvent être confondus avec les signes précoces de démence, n’ont pas été étudiées aussi bien pour cette classe de médicaments.
 
peuvent induire une perte d’autonomie, une diminution de la qualité de vie et une augmentation de la morbi-mortalité [8] . Ils peuvent être parfois mineurs, temporaires ou survenir comme conséquence d’une condition préexistante du patient. Cependant, pris dans leur ensemble, ils peuvent avoir des suites dramatiques sur l’état de santé de la personne âgée. En particulier, les effets atropiniques peuvent entraîner une confusion et amplifier le risque d’apparition de troubles de la mémoire
….Les médicaments anticholinergiques sont considérés comme potentiellement inappropriés chez les sujets âgés
 
Score 1 (effet anticholinergique léger):
Alimemazine, Alprazolam (xanax) , Alverine , Atenolol , Beclometasone, dipropionate , Bupropion, hydrochloride , Captopril , Chlorthalidone, Cimetidine hydrochloride , Clorazepate, Codeine , Colchicine, Dextropropoxyphene , Diazepam (valium), Digoxin, Dipyridamole, Disopyramide, Fentanyl, Fluvoxamine , Furosemide , Haloperidol (haldol), Hydralazine , Hydrocortisone , Isosorbide , Loperamide, Metoprolol , Morphine , Nifedipine , Prednisone/Prednisolone, Quinidine , Ranitidine, Theophylline , Timolol maleate , Trazodone , Triamterene
Score 2 (effet anticholinergique modéré):
Amantadine , Belladonna alkaloids , Carbamazepine (tégrétol) ,, Cyclobenzaprine , Cyproheptadine, Loxapine, Meperidine , Methotrimeprazine , Molindone, Oxcarbazepine, Pethidine hydrochloride, Pimozide
Score 3 (effet anticholinergique sévère):
Amitriptyline , Amoxapine, Atropine , Benztropine , Chlorpheniramine, Chlorpromazine , Clemastine, Clomipramine , Clozapine, Darifenacin , Desipramine , Dicyclomine , Diphenhydramine, Doxepin , Flavoxate, Hydroxyzine (atarax), , Hyoscyamine , Imipramine (tofranil), Meclizine, Nortriptyline , Orphenadrine , Oxybutynin ,Paroxetine (déroxat), Perphenazine , Procyclidine , Promazine , Promethazine, Propentheline , Pyrilamine , Scopolamine , Thioridazine, Tolterodine, Trifluoperazine , Trihexyphenidyl , Trimipramin
 
De nombreux médicaments consommés régulièrement par les personnes âgées augmentent les risques de déclin cognitif et de mortalité, surtout lorsqu’ils sont combinés, selon une étude britannique publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society. Ces médicaments sont utilisés pour le traitement de nombreuses conditions de santé. Ces médicaments, vendus sans ordonnance ou prescrits, ont un effet anticholinergique, c’est-à-dire qu’ils réduisent les effets du neurotransmetteur acétylcholine (un neurotransmetteur est une molécule qui permet le «passage» de l’influx nerveux d’une cellule nerveuse à l’autre).
 
Les médicaments utilisés pour le traitement de l’insomnie, de l’anxiété, des démangeaisons et des allergies peuvent avoir des effets négatifs sur la mémoire ou la concentration des personnes âgées, selon une étude de l’Université de Montréal. Jusqu’à 90 % des personnes âgées de plus de 65 ans consomment au moins un médicament d’ordonnance. 18 % des gens de ce groupe d’âge se plaignent de leur mémoire et présentent des troubles légers de la cognition. La recherche suggère qu’il y aurait un lien à faire entre les deux situations, concluent les chercheurs.
 
Ce sont de classiques pourvoyeurs de syndromes confusionnels, mais aussi de troubles amnésiques aigus et régressifs : la scopolamine entrave l’apprentissage et le codage de l’information dans la mémoire à long terme ; de même, le trihexyphénidyle (Artanet) affecte les acquisitions récentes, ce que démontre la pratique neurologique quotidienne, chez le parkinsonien âgé, par exemple ; un modèle expérimental utilisant la scopolamine chez l’animal ou chez l’homme est utilisé dans l’évaluation pharmacologique de diverses molécules supposées agir sur la mémoire ou pour expliquer a posteriori certains effets secondaires médicamenteux constatés cliniquement ; ces effets dysmnésiants des anticholinergiques confirment, en quelque sorte, le fait maintenant bien établi que l’acétylcholine est un neurotransmetteur essentiel aux processus de mémorisation comme en attestent aussi les troubles mnésiques des démences de type Alzheimer et leur réponse thérapeutique aux inhibiteurs de la cholinestérase.
 
Les agents anticholinergiques dans le viseur C’est une substance présente dans les médicaments qui est responsable de cette dégradation : l’anticholinergique. Un agent anticholinergique trouble la communication entre les neurones et donc dégrade la mémoire, l’apprentissage et l’activité musculaire. Il est présent dans de nombreux médicaments comme l’antidépresseur doxépine, le somnifère diphénhydramine, ou même l’oxybutynine.Selon l’étude, publiée aux Etats-Unis dans le Journal of the American Medical Association, Internal Medicine, il suffit d’être exposé pendant trois ans, à quelques milligrammes par jour de ces médicaments pour courir un risque élevé de démence. Elle est la première à définir ce risque sur les individus de 65 ans et plus et indique qu’il pourrait persister même après l’arrêt des traitements. Au total, 23% des participants ont développé une démence, et pour le vérifier, certains participants ont signé pour une autopsie de leur cerveau après leur décès.
 
Un anticholinergique est une substance qui s’oppose à l’action de l’acétylcholine, une molécule jouant le rôle de médiateur chimique et permettant la communication entre deux neurones. Parmi les médicaments anticholinergiques, on trouve des antidépresseurs, somnifères et anxiolytiques, mais aussi des antihistaminiques (rhinites allergiques, asthme) et des médicaments contenant de la warfarine (cardiopathies, embolies pulmonaires, thromboses veineuses, infarctus du myocarde etc.), de la codéine (analgésiques) ou encore du furosémide (hypertension, insuffisance rénale, œdèmes etc.).
 
Des médicaments potentiellement anti-cholinergiques peuvent entraîner des détériorations modérées de certaines capacités cognitives (ou intellectuelles) chez la personne âgée, affectant en particulier le temps de réaction, la mémoire immédiate ou différée, ou le langage. C’est la conclusion à laquelle est parvenue Karen Ritchie et son équipe (Equipe de recherche Inserm 361 « Pathologies du système nerveux : recherche épidémiologique et clinique », Montpellier).
 
le débat, en vidéo
 
L'incidence croissante des démences avec le vieillissement des populations en fait un enjeu majeur de santé publique. Parmi les causes envisagées, l'étiologie médicamenteuse n'est pas considérée. Nous avons estimé le risque de démence associé à la prise médicamenteuse par une étude cas/non-cas en utilisant les cas notifiés de la Banque française de Pharmacovigilance. Parmi 263 962 observations saisies entre 1985 et 2005, 79 (0,03 %) sont des démences. L'âge médian est de 66 ans avec 41 femmes et 37 hommes. Les classes pharmacologiques impliquées sont majoritairement des médicaments neurotropes comme les anticonvulsivants, les médicaments antiparkinsoniens, antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques, antipsychotiques et morphiniques mais également non neurotropes comme l'interféron alfa-2B, l'allopurinol et la vancomycine. Au niveau des mentions légales, seul l'acide valproïque bénéficie d'une mention "syndrome démentiel" alors que d'autres médicaments peuvent également entraîner une démence. L'étiologie médicamenteuse des démences existe mais est sous-estimée en particulier dans la population âgée.
 
Plusieurs médicaments pris par les personnes âgées sont liés à un risque accru de déclin cognitif et de mortalité, surtout lorsqu’ils sont combinés, selon une étude, publiée dans le Journal of the American Geriatrics Society.
 

En 2012, le magazine Vice avait consacré un reportage vidéo

en Colombie sur cette drogue que le news magazine n’hésitait alors pas à qualifier de drogue la plus dangereuse du monde.
 
est un anticholinergique. Elle agit en se liant aux récepteurs muscariniques de l’acétylcholine dans le système nerveux central et périphérique empêchant ainsi l’action du neurotransmetteur. C’est un parasympathicolytique, comme l’atropine, mais en revanche c’est un sédatif central. Elle provoque en outre d’intenses hallucinations délirantes, de l’amnésie (amnésie lacunaire antérograde) et des pertes de conscience…La scopolamine est utilisé comme spasmolytique et anticholinergique. Elle est indiqué pour les spasmes, troubles de la motilité gastro-intestinale et constipation spasmodique. En Suisse, elle est commercialisée sous le nom de BUSCOPAN5. Données pouvant être retrouvées sur le Compendium ou le rapport annuel de Shekyb. S, Paul T. et Yuan P. La scopolamine, tout comme l’atropine, a été utilisée pour lutter contre la maladie de Parkinson avant d’être remplacée par les anti-parkinsoniens de synthèse tels que la L-Dopa6.
 
L’Artane est considéré comme l’ecstasy des pauvres. Consommé avec de l’alcool et/ou du cannabis, il donne un sentiment de toute puissance, amenant l’individu au passage à l’acte

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Je soutiens STOP MED TORTURE / SMT

Torturées par leurs médecins, avec des médicaments, des millions de personnes, chaque année, en meurent, sont handicapées ou sont poussées au suicide par d'atroces souffrances. Témoignons, manifestons et disons : STOP A LA TORTURE AVEC DES MEDICAMENTS !!!

Partager cet article
Repost0

ANTIHYPERTENSEURS

Publié le par lespilulesquituent

grave déficience mentale (perte de mémoire, démence) : 14% sont induit par les médicaments contre une pression artérielle élevée
 
Certains de ces médicaments sont fortement associés à des effets secondaires psychiatriques (tableau 5 ) et présentent une toxicité synergique avec les psychotropes ( Brown & Stoudemiere, 1998 , British Medical Association et Royal Pharmaceutical Society of Great Britain, 2004 ). Les inhibiteurs calciques ont été utilisés expérimentalement comme stabilisateurs de l'humeur malgré leur potentiel de provoquer des changements d'humeur et une psychose. Ces agents peuvent induire une acathisie, qui doit être distinguée du délire agité. Les premiers rapports d'une association majeure entre le propranolol et la dépression ont été récemment révisés, avec une diminution de la fréquence de la dépression actuellement suggérée ( Brown & Stoudemiere, 1998 ). Tous les diurétiques peuvent induire des effets psychiatriques secondaires aux perturbations métaboliques. Dans l'ensemble, les vasodilatateurs n'influent pas sur le SNC, à l'exception du nitroprussiate de sodium, qui peut causer une encéphalopathie. Hydralazine peut indirectement causer des symptômes psychiatriques par le développement d'un syndrome de lupus.
 
Les médicaments anticholinergiques, pris très couramment, causent des problèmes cognitifs en moins de 60 jours chez les personnes âgées, selon une étude financée par le National Institute on Aging américain et publiée dans la revue Alzheimer's & Dementia.Ces médicaments bloquent l'acétylcholine, un neurotransmetteur du système nerveux. Un effet similaire est constaté avec 90 jours d'utilisation continue de plusieurs médicaments ayant un effet anticholinergique plus faible.Ils incluent des médicaments en vente libre (tels que des somnifères et des médicaments contre les fuites urinaires) et des médicaments prescrits (tels que des médicaments contre l'hypertension et les maladies cardiovasculaires).
 
les dangers
Partager cet article
Repost0

BETA-BLOQUANTS

Publié le par lespilulesquituent

La dépression psychiatrique est associé avec des bêta-bloquants, en particulier les plus lipophiles, les bêta-bloquants non sélectifs, comme le propranolol
 
Bêta-bloquants ont des effets sur le SNC, dont certains provoquent des syndromes psychiatriques — qui peuvent dépendre d'une propriété auxiliaire tels que lipophilicity.2, contrairement aux agents hydrophiles comme atenolol qui sont excrétés inchangée par les reins, les médicaments lipophiles comme le métoprolol et le propranolol sont métabolisés par le foie et sont censés pénétrer dans le cerveau. Métoprolol a un ratio de concentration cérébrale/plasma environ 20 fois supérieur à celui de atenolol.3
Métoprolol et propranolol peuvent induire délire et psychosis.4,5 les effets secondaires psychiatriques metoprolol sont fréquentes
 
J’ai été victime d’hallucinations auditives durant 8 mois du à la prise d’un bétabloquant (les hallucinations sont notées dans la notice comme effets indésirables)
 
les dangers
 
Bêta-bloquants ont des effets sur le SNC, dont certains provoquent des syndromes psychiatriques — qui peuvent dépendre d'une propriété auxiliaire tels que lipophilicity.2, contrairement aux agents hydrophiles comme atenolol qui sont excrétés inchangée par les reins, les médicaments lipophiles comme le métoprolol et le propranolol sont métabolisés par le foie et sont censés pénétrer dans le cerveau. Métoprolol a un ratio de concentration cérébrale/plasma environ 20 fois supérieur à celui de atenolol.3 Métoprolol et propranolol peuvent induire délire et psychosis.4,5 les effets secondaires psychiatriques metoprolol sont fréquentes
 
Schizophrenia-like psychosis after treatment with beta-blockers
 
Dépression et idées suicidaires induites par les médicaments
 
β-bloquants (surtout les lipophiles)
Partager cet article
Repost0

Médicaments contre le reflux acide, IPP / Inhibiteur de la pompe à protons : Oméprazole (Mopral, Losec, Logastric, Mopralpro), ésoméprazole (Inexium, Nexium, Nexiam), dexlansoprazole et lansoprazole (Lanzor, Ogast, Dakar, Prevacid, Iposec), pantoprazole (Pantoloc, Inipomp, Eupantol, Panthomed), rabéprazole (Pariet)...

Publié le par lespilulesquituent

Les IPP – surtout quand ils sont prescrits au long cours – sont décidément dans le collimateur. Après les avoir soupçonnés d’augmenterle risque d’ostéoporose, celu id’infarctus du myocarde et, tout récemment, le risque infectieux et celui de maladie rénale, les voici désormais sur la sellette quant au risque de démence chez les sujets âgés. Dans une large analyse pharmaco-épidémiologique fondée sur les bases de données de l’assurance maladie AOK (1/3 de la population d’Allemagne), une équipe germanique a établi un lien entre IPP et risque de démence. Il s’agit en fait d’une confirmation puisqu’à l’occasion d’une précédente grande étude de cohorte prospective, longitudinale et multicentrique, ces mêmes chercheurs avaient détecté une association significative. Moins précise que ce premier travail qui s’était intéressé de façon très détaillée aux dossiers médicaux de 73.679 sujets de plus de 75 ans hébergée en maison de retraite, allant jusqu’à investiguer la présence de l’apoliprotéine E4 (Apo E4), cette nouvelle étude pharmaco-épidémiologique a, en revanche, l’avantage de la taille puisqu’elle a inclus un large panel de personnes – 73.679 sujets de plus de 75 ans – pour pouvoir valider le signal.
 
Notre étude a démontré un risque accru de démence chez les utilisateurs d'IPP
 
Les inhibiteurs de la pompe à protons – des molécules très utilisées en cas de troubles digestifs et de brûlures d’estomac – pourraient augmenter le risque de démence d’environ 50% chez les personnes âgées.
Les 5 IPP aujourd’hui sur le marché sont :Ésoméprazole (Inexium®)Lansoprazole (Lanzor®, Ogast®, Ogastoro® et génériques)Oméprazole (Mopral®, Zoltum®, génériques)Pantoprazole (Eupantol®, Inipomp® et génériques)Rabéprazole (Pariet®).
 
On connaissait la prise régulière de tranquillisants comme facteurs de risque de développer une démence (1). On va maintenant pouvoir y ajouter certains médicaments, comme semblent le prouver plusieurs études épidémiologiques récentes, qui portent sur des substances couramment prescrites aux seniors.
Les démences en général et la maladie d'Alzheimer en particulier, sont associées à l'accumulation dans le cerveau d'un peptide appelé béta-amyloïde qui a tendance à s'agréger en petits paquets. Ces agrégations, nommées "plaques séniles" ou "plaques amyloïdes" sont toxiques pour les neurones et participent à la neurodégénérescence qui caractérise ces maladies. Ce processus est accéléré lors d'une production excessive de béta-amyloïde ou lorsque le système enzymatique qui régule tout ça ne fonctionne pas (plus) très bien... Heureusement, nous avons dans le cerveau des petites cellules appelées cellules microgliales ou "microglies" qui sont l'équivalent des macrophages qui circulent dans le sang et qui permettent de réagir aux agressions microbiennes . Ces microglies patrouillent en permanence dans notre cerveau, localisent rapidement un phénomène anormal et potentiellement toxique et le neutralisent. Circulez, y’a rien à voir !
 
La présente étude révèle pour la première fois que différents IPP ont différents degrés d'influence sur différents domaines cognitifs et ont des associations avec la MA
 
Sensation de vertige, confusion, vision floue, hallucinations, sensation de malaise, fatigue, fatigue, sensation de brûlure ou de picotement, démangeaisons, rétention d'eau, dépression, agitation, amnésie, anxiété, dépression.
Comme avec d'autres médicaments réducteurs d'acide, les hommes prenant le lansoprazole peuvent occasionnellement éprouver l'enflure temporaire de poitrine ou l'impuissance.
Vous devriez consulter votre médecin immédiatement si vous présentez de la fièvre, de la diarrhée ou des vomissements, des ecchymoses ou des saignements inexpliqués, une fatigue extrême, des difficultés à uriner, si votre peau ou vos yeux deviennent plus jaunes que d'habitude ou si vous présentez des symptômes une réaction allergique telle qu'un essoufflement ou un gonflement du visage.
Comme l'acide naturel dans l'estomac aide à tuer les bactéries, l'abaissement de l'acide par des médicaments réduisant les acides tels que ZOTON peut rendre certaines personnes plus susceptibles de souffrir de certaines infections de l'estomac.
L'alcool augmente le risque d'effets secondaires.
Ne le prenez pas plus de 2 semaines, sauf indication contraire de votre médecin. Les antiacides ne doivent être utilisés que pour soulager occasionnellement. "
 
Des chercheurs allemands ont constaté que les personnes âgées de plus de 75 ans et qui prennent régulièrement ces médicaments ont 44% plus de risque de développer la maladie d’alzheimer.
 
Internet m’a « sauvé la vie » / attention aux médicaments Ésomeprazole Mopral Inexium
 
prises par des millions peuvent augmenter le risque de cancer et de maladies cardiaques....Les patients atteints d'IPP présentent également un risque élevé de pneumonie pour la même raison.
 
Sa femme m'a montré le paquet de comprimés de Zoton - sa dose avait été augmentée après qu'il se plaint de la douleur à l'estomac. Aucune attention n'a été accordée au fait que Zoton a peut-être été la cause de la douleur à l'estomac. Sa dépression, qui a peut-être été attribuée aux effets secondaires de la drogue, n'a pas été abordée. J'ai mentionné cela sur le site Web et j'ai été surpris de recevoir un certain nombre de courriels de personnes qui pensaient que leur dépression (et des problèmes d'estomac dans certains cas) était due au médicament. Un homme a déclaré: "J'ai arrêté de prendre Zoton et j'ai ressenti le retour à mon être normal", merci pour votre information utile ".
 
Reportage RTS

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l’autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

"75% des victimes n'en avaient pas besoin !

"La FDA savait !"

"l'industrie du poison pétrochimique" qualifié de "machine a tuer a but lucrattif" : "comment peuvent ils dormir la nuit"?

Partager cet article
Repost0

SULFAMIDES : antibiotiques, diurétiques, antidiabétiques

Publié le

Les effets indésirables des médicaments (EIM) incluent l'insomnie, la dépression mentale, des hallucinations et la psychose.Il ya eu des rapports de cauchemars terrifiants dans les publications médicales La psychose est un effet secondaire connu et documenté de médicaments sulfamides encore le terme ne figure pas dans l'information du patient.
 
antidiabétiques, diurétiques, antidiabétiques wikipédia
 
effet secondaire des sulfamides
Partager cet article
Repost0

ANTIHISTAMINIQUES : atarax....

Publié le

les dangers
 
certains antihistaminiques comme le Diphenhydramine et le Diménhydrinate possédent d'importante propriété anticholinergique. Les anticholinergiques sont utilisé contre les spasmes, les nausées, l'insomnie, le mal du transport et dans la maladie de parkinson. Les effets anticholinergique sont des effets indésirable provoqué par beaucoup de médicament mais speciallement par les antihistaminique de premiere génération. Les effets anticholinergique sont trés varié et varient d'une personne à l'autre. Les effets sont à dose normal: sedation, bouche seche, trouble de l'acomodation (voir flou momentanément à moin d'un metre). A dose forte (varie d'une personne à l'autre, les enfants et personnes agée sont les plus touché): euphorie, delire, illusion, hallucination, somnolance, vision floue, bien etre (ou mal-etre) intensse, hébétude, nausée (tres rare, varie des produits), confusion, trouble spatio-temporel, amnesie (perte de mémoire), retension urinaire (du mal à uriner), secheresse des muqueuse (partie génitale, bouche, organe...) provoquant une apparition de carrie, une désydratation, des troubles de la deglutition (du mal à avaler)
 
...Hydroxyzine (atarax)...

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Partager cet article
Repost0

ANTICHOLESTEROL

Publié le

L'inquiétude grandit au sujet des effets sur l'esprit de ces médicaments que des cauchemars et des pertes de mémoire sont signalés comme effets secondaires. Les statines sont des médicaments sur ordonnance et les médicaments en vente libre qui sont couramment utilisés pour réduire le niveau de cholestérol LDL (cholestérol connus comme «mauvais») les niveaux dans le sang.
 
DANGER ET ESCROQUERIE
 
Les Statines exposent les patients à des médicaments dangereux aux effets secondaires débilitants.
 
une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Medicine. Il s’avère que le taux de cholestérol contribue effectivement à accroître la production d’un composant important du système nerveux qui facilite bonne communication des cellules nerveuses, et empêche l’apparition de maladies du cerveau telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Les statines hypocholestérolémiantes sont responsables de la destruction de la santé, causant la maladie d’Alzheimer
 
Toutes les statines utilisées aujourd'hui peuvent être associées à des effets secondaires cognitifs tels que l'amnésie, l'oubli, la confusion et la désorientation. Le mécanisme d'action semble être une réduction excessive de la biodisponibilité du cholestérol pour le bon fonctionnement du cerveau.
 
Les étiquettes des médicaments anti-cholestérol de la classe des statines avertiront désormais de la possibilité de confusion et de perte de mémoire, a annoncé la Food and Drug Administration (FDA) américaine.
 

anticholestérol et maladie de parkinson
Une étude réalisée il y a quelques années montrait qu’avec un suivi de plusieurs années, le traitement anticholestérol augmente, triple quasiment, le déclenchement de la maladie de Parkinson. D’autres auteurs d’autres études avaient écrit le contraire. Ce qui est logique, puisque dans les autres études, ce qui était mesuré, c’était la protection d’un cholestérol élevé par rapport au Parkinson, à court terme.

Les médicaments anti-cholestérol font perdre la mémoire et augmentent le risque de diabète
Ces effets secondaires sont jugés suffisamment sérieux pour que décision soit prise de modifier les notices de ces médicaments. Le Dr de Lorgeril ironise en signalant qu’avec les autorités sanitaires Françaises, on peut s’attendre à une telle alerte vers « 2015-2016 au mieux« .

les traitements anti-cholestérol sont 3 à 5 fois plus cancérigènes que le tabac ou l’amiante.
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.
 

TEMOIGNAGES

Je voudrais partager avec vous mon expérience avec les statines [une catégorie de médicaments prescrits pour réduire le taux de cholestérol]. Je m’excuse à l’avance de la longueur de mon témoignage, mais le portrait complet des conséquences de la simple prescription de cette pilule miracle nécessite une attention aux détails dans ce cas.
Ma vie fut chamboulée lors d’un examen de routine chez le médecin.
Mon résumé médical : Je suis à l’époque un homme de 56 ans, sédentaire (travail en informatique), libido normale, provenant du sud des Etats-Unis, plutôt relax comme personne. Je mesure 6 pieds, pesais 212 lbs à ce moment. Fumeur depuis des années, mais ayant un bagage génétique favorable à une longue vie. Capacité pulmonaire normale, pression sanguine de 118/65 au repos (debout et assis), tension à 64. Je ne suivais aucun régime particulier – j’avais une alimentation typique du sud. Je ne prenais aucuns suppléments non plus. J’étais généralement en bonne santé : à part quelques spasmes musculaires dans le dos, rien à signaler. Aucunes allergies, résultats d’électrocardiogramme et électroencéphalogramme normaux, composition sanguine, thyroïde et foie fonctionnant également correctement.
Mais, UN test révèle que mon niveau de triglycérides est élevé, à 287 [mg/dl]. Mon cholestérol total est 149, HDL 37, LDL 55, glucose 89.
Mon médecin me prescrit du Vytorin 20 mg . Résultat : Triglycérides 175, cholestérol total monte à 214, HDL 40, LDL descend à 139.
Ensuite, Vytorin 40mg. Résultat : Triglycérides 199, total 144, HDL 40, LDL 64.
Puis Crestor (une statine différente) 10mg. Résultat : Triglycérides 98, total 141, HDL 45, LDL 76, glucose 103.
Je mentionne à mon médecin que ma libido et mon niveau d’énergie ont baissé. Celui-ci me suggère de faire de l’exercice. Je commence donc à prendre des marches rapides de 2 1/2 miles tous les matins, activité que je maintiens toujours aujourd’hui depuis neuf mois.
Les pertes d’énergie et de libido s’accentuent. Mon médecin me prescrit du Effexor XR 75mg (je prends toujours Crestor 10 mg).
Je me plains de nervosité anormale et de fatigue continue. Ma dose d’Effexor est augmentée à 150 mg et mon médecin me prescrit du Benztropine 1mg, Lorazepam 2mg (je prends toujours Crestor 10 mg).
Je ne perçois aucun changement. Dose d’Effexor augmentée à 225mg, Benztropine 2mg, Lorazepam 4mg (je prends toujours Crestor 10 mg).
Je commence à avoir de la douleur aux muscles et articulations. On rajoute Darvocet au cocktail pharmaceutique, ce qui aide à diminuer la douleur, mais je souffre de plus en plus de la baisse d’énergie et de libido (je prends toujours Crestor 10 mg).
Mon médecin me fait passer à Cymbalta 60 mg, Lorazepam 4mg et Darvocet (je prends toujours Crestor 10 mg).
Je commence à subir des crises d’anxiété et de panique (ce que je n’avais jamais subi en 56 ans). J’ai du annuler un voyage d’affaire parce que j’étais paniqué à l’idée de devoir prendre l’avion. J’ai pourtant pris l’avion durant toute ma vie adulte. Mon médecin ajoute Seroquill 100mg à mon mélange quotidien, augmente Cymbalta à 90mg, Lorazepam à 4mg et Darvocet (je prends toujours Crestor 10 mg).
Je ne perçois aucun changement, alors on me change encore de combinaison. Je prends maintenant Wellbutrin XL 150mg, Lorazepam 4mg et Darvocet (je prends toujours Crestor 10 mg).
Mon anxiété devient constante. Les crises de panique s’estompent, mais j’ai des sueurs, je suis faible, n’ai plus de libido, et je fais maintenant de l’insomnie. J’ai commencé à perdre l’appétit et perd rapidement du poids. Les douleurs musculaires et articulaires reviennent si j’oublie de prendre mon Darvocet. On augmente ma dose de Wellbutrin à 300mg, rajoute Aderall 30mg et commence à prendre du Ibuprofen 600mg (je prends toujours Crestor 10 mg).
Les symptômes empirent, alors je décide de changer de médecin. Le nouveau docteur arrête le traitement d’Adderall et de Wellbutrin et me prescript du Prozac 20mg et du Xanex 25mg comme remplacement. L’anxiété est maintenant intermittente, mais je continue à m’affaiblir, à maigrir, à n’avoir aucune énergie et à avoir des douleurs musculaires et articulaires. On augmente la dose du Prozac à 40 mg. Aucune amélioration.
Le nouveau médecin me donne du Paxil 20 mg. L’anxiété me prend moins souvent, mais tous les autres symptômes empirent. La dose de Paxil est augmentée à 40 mg. Mes crises d’anxiété s’évaporent presque complètement; je prends du Xanex à l’occasion pour m’aider à dormir. Par contre je me réveille toujours en sueurs et épuisé le matin venu. Ma faiblesse devient chronique et m’empêche de fonctionner normalement. En combinant ces problèmes avec une vue nouvellement embrouillée et la détérioration de ma capacité de compréhension, il est devenu impossible pour moi d’accomplir mes tâches au travail (je prends toujours Crestor 10 mg).
On m’envoie chez un psychiatre car j’ai tous les signes d’être en dépression. Le psy juge que je n’ai pas besoin de thérapie, que mes symptômes sont dus à un débalancement chimique, et me remet sur le Prozac 20 mg, remplace Xanex par Lunesta et me prescrit du Provigil 200mg. Mon anxiété revient à l’occasion; on me dit de prendre du Xanex si ça arrive. Ma capacité de compréhension semble revenir à la normale, mais je me sens de plus en plus faible et je maigris à vue d’œil. De plus mon mollet et mon pied droits deviennent régulièrement engourdis (je prends toujours Crestor 10 mg).
Ma partenaire de marche, une vendeuse de produits pharmaceutiques à la retraite, remarque que je bouette légèrement lors de nos marches. On discute de ma santé chancellante. Elle me demande si je prends des statines. Je lui réponds que je prends Crestor 10 mg. Elle veut ensuite savoir si on m’avait conseillé de prendre des suppléments de Co-Q10, vitamines B et vitamine C ; je lui réponds que non. Elle suggère que je commence à en prendre immédiatement et d’examiner la situation avec mon médecin au plus vite. Comme j’ai un rendez-vous chez le psy qui s’en vient, je décide de lui poser la question. Le psy semble d’accord avec mon amie et trouve étrange que personne ne m’ait conseillé de prendre ces suppléments. Il s’empresse toutefois de vanter les mérites de Crestor, en particulier pour la prévention de la maladie d’Alzheimer. Le psy augmente ma dose de Provigil à 300mg (je prends toujours Crestor 10 mg).
Deux jours plus tard, je m’effondre lors de notre marche matinale ; mes jambes et genoux étaient trop faibles pour me soutenir et mon pied droit est devenu paralysé. Après m’avoir reconduit chez moi de peine et de misère, mon amie me suggère de cesser de prendre Crestor (progressivement sur deux semaines, car un arrêt soudain me mettrait à risque de faire un ACV), de prendre plus du supplément CoQ10 et d’aller voir un médecin au plus vite. Je suis sensé partir en voyage d’affaire pendant 4 semaines et je ne peux vraiment pas manquer celui-ci après avoir dû annuler le dernier. Je décide quand même de suivre ses conseils. La douleur est atroce durant les 2 premières semaines ; je dois me gaver de Darvocet, hydrocodone et ibuprofen pour la soutenir. Je peux à peine marcher ou faire des tâches pourtant faciles.
Mes collègues trouvent que j’ai l’air de quelqu’un qui vient de faire une crise cardiaque. J’ai l’air mort, j’ai perdu énormément de poids, mes capacités mentales sont grandement diminuées et j’ai de la difficulté à bouger…..
2) Il y a quatre mois, j’ai été mis sur Lipitor pour réduire mon mauvais cholestérol à 100. Soudain, j’ai découvert que je ne pouvais pas gérer les mathématiques de base ou me souvenir de l’orthographe. Il est devenu si mauvais que j’étais dans un brouillard constant. Je devrais vous dire que j’ai passé la majeure partie de ma carrière dans la Silicon Valley à rédiger des spécifications pour les logiciels et détenir un brevet sur la technologie des systèmes experts. J’ai eu une IRM pour exclure une tumeur cérébrale ou un accident vasculaire cérébral. Puisque la seule chose qui avait changé était l’ajout de Lipitor, j’ai arrêté de le prendre. Cinq semaines plus tard, j’ai encore des problèmes d’orthographe et j’oublie souvent les choses.
3) Nous avons récemment enlevé ma mère des statines parce qu’elle souffre de pertes de mémoire. Dix jours après l’avoir retirée de Statins, son médecin lui a envoyé un test de neuropsychographie et un scanner. Les résultats de CT sont toujours en attente. Le neuropsychologue a diagnostiqué la maladie d’Alzheimer et l’a renvoyée à son interniste pour commencer les inhibiteurs de la cholinestérase. Nous croyons qu’il s’agit d’un diagnostic prématuré, puisque sa perte de mémoire n’a pas progressé au-delà des stades initiaux observés il y a plus de deux ans et demi et qu’elle n’a été absente des Statins que dix jours après avoir été testée. Elle suit un traitement aux statines depuis neuf ans.
4) On m’a mis sur Lipitor quand Mevacor ne semblait pas faire son travail. J’ai commencé chez Mevacor vers l’âge de 30 ans … J’ai 49 ans maintenant. Le Lipitor a été commencé il y a environ deux ans … Il faudrait que je vérifie le bureau du Docteur car je ne me souviens plus vraiment quand j’ai été interposé! J’ai remarqué que ma mémoire se détériorait et tous les médecins que j’ai vus en ont accusé la ménopause et / ou ma fibromyalgie.
Cependant, au cours des derniers mois, des symptômes nouveaux et effrayants sont apparus. En parlant à des amis, en faisant du shopping ou tout simplement en restant assis à la maison et en regardant la télévision, j’aurais la sensation la plus étrange et la plus troublante que je ne savais pas qui j’étais. Cela durerait quelques secondes et se sentirait si bizarre – comme une expérience hors du corps … qui était cette personne qui parlait … oh, ça doit être moi.
J’ai toujours été un lecteur vorace et maintenant c’est tellement difficile pour moi de me concentrer et de me souvenir de choses que j’ai presque cessé de lire. Les mots croisés étaient un passe-temps favori. Maintenant, j’ai du mal à poursuivre une conversation depuis que je bégaie et que j’essaie de penser à un mot ou à un nom. Les noms de vieux amis m’échappent et parfois je ne me rappelle pas si j’ai fait quelque chose juste quelques secondes après que je l’ai fait.
Les muscles de mes avant-bras ont commencé à être si douloureux que j’ai trouvé difficile de sortir un récipient d’un demi-gallon de lait de soja du réfrigérateur et d’appuyer sur le bouton de la télécommande pour changer de canal. J’étais terrifiée à l’idée d’avoir la maladie d’Alzheimer ou, pire encore, une tumeur au cerveau. J’étais prêt à demander à mon médecin un scanner ou une IRM pour exclure cette possibilité lorsque j’ai reçu le bulletin électronique et découvert la racine de mon problème. J’ai immédiatement arrêté mon Lipitor.
Quand j’ai montré à mon médecin les informations que j’avais recueillies sur Statins, elle était très intéressée car son propre mari est sur 20mg de Lipitor et se plaignait de problèmes de mémoire et de brouillard cérébral! Elle a dit qu’elle n’avait aucune idée que les deux étaient liés.
5) Ma mère vient d’avoir 80 ans. Elle prend Lipitor pour son cholestérol depuis plusieurs années mais a cessé depuis son épisode. En octobre dernier, elle était au travail et dans sa cour à ramasser et à emballer des feuilles. Ses voisins étaient dehors travaillant dans leur cour aussi. Ils sont venus et ont demandé à ma mère comment elle allait. Elle leur a dit qu’elle venait juste de rentrer du travail et qu’elle voulait savoir qui avait fait tout son travail dans la cour. Ils lui ont dit qu’elle l’avait fait parce qu’ils l’avaient vue. Elle a insisté sur le fait qu’elle ne l’avait pas fait et qu’elle travaillait. Ils l’ont emmenée dans la maison parce qu’ils étaient inquiets et voulaient m’appeler.
Elle ne pouvait pas me souvenir de mon numéro de téléphone, de l’endroit où je travaillais ou de quoi que ce soit. Ils ont trouvé son carnet d’adresses et ont appelé ma maison. Mon mari est allé plus. Elle le connaissait mais jurait qu’elle avait été au travail. Ils ont appelé une ambulance parce que nous avions peur qu’elle ait eu un accident vasculaire cérébral. J’étais sur le chemin du travail et quand je suis arrivé, ils l’ont mise dans l’ambulance. Je suis allé à la salle d’urgence avec elle.
Elle était aux urgences pendant environ 5 ou 6 heures. Pendant les trois ou quatre premières années, elle m’a posé les mêmes questions encore et encore. « Où était-elle? » « Comment est-elle arrivée là? » « Qui a appelé l’ambulance? » « Pour quoi était-elle là? » À peine avait-elle terminé la dernière question et elle recommençait. Après environ 4 heures, cela en a découragé certains. Ils l’ont admise à l’hôpital et se sont présentés à l’IRM, à l’ECG et à d’autres tests pour déterminer si elle avait eu un AVC. Ils sont tous revenus très bien.
Le lendemain, elle pouvait se rappeler où elle était et ce que je lui avais dit sur la façon dont elle était arrivée et pourquoi, mais elle ne se souvient toujours pas de ces 5 ou 6 heures ce jour-là. Un neurologue l’a finalement vue après 3 ou 4 jours et il lui a dit qu’elle avait subi un épisode de « TGA ».
6) Je prends 10 mgs de Lipitor par jour et l’ai fait pour l’année passée. Récemment, j’étais dehors dans mon camion avant le jour (je ne sais pas pourquoi?) Conduisant le long quand une vague de visions est apparue, des choses déformées et la prochaine chose que j’ai su que j’avais heurté une autre voiture s’est arrêtée à une lumière. La police est venue faire une enquête sur l’épave. Une dépanneuse a arraché mon camion et le policier m’a ramené à la maison. Mon fils est venu me chercher pour louer une voiture, nous l’avons fait et je me souviens à peine de tout ça.
J’ai conduit à une station-service et rempli de gaz, eu du mal à utiliser ma carte au « payer à la pompe » mais après quelques essais et de l’aide a fait et a conduit à la maison! Mon fils a dit que je conduisais bien et que je ne m’en souviens pas clairement, mais je suis rentré à la maison et dans quelques heures je suis revenu à la normale et je me souviens de tout ce qui s’est passé depuis! Maintenant, je repense et obtenir des morceaux du matin, mais tout cela est très confus!
7) J’ai juste cette heure passée dans l’info sur la perte de mémoire et l’utilisation de Lipitor. J’ai été sur 20 mg de Lipitor pendant environ 1 an maintenant. Peu de temps après avoir commencé le médicament, j’ai commencé à remarquer une perte de mémoire à court terme. Je ne l’ai cependant pas rapporté à Lipitor. Je suis devenu radicalement pire. Mon médecin n’a pas fait le lien. Il m’a envoyé pour un scanner et le mois prochain j’ai un rendez-vous avec un neurologue.
Après avoir lu certains des articles en ligne, je crois qu’il pourrait bien être associé au Lipitor. Ma mémoire n’affecte pas mes souvenirs passés. Cela m’affecte instantanément. Je pense, oh je dois nettoyer cet endroit sur le sol après avoir fini mon café. Eh bien, je finis mon café et pour la vie de moi, je ne peux tout simplement pas me souvenir de ce que je voulais faire. Je pourrais marcher de mon bureau à la fontaine d’eau et oublier à mi-chemin là où j’allais. Ma famille me dira les détails que j’oublie. Dans une conversation d’une demi-heure, je pourrais me répéter plusieurs fois, au grand dam de ma famille. Il a été très perceptible au cours des 6 derniers mois. J’ai du mal à me souvenir de ce que j’ai dû manger pour le souper la veille.
8) J’apprécie vraiment vos efforts pour rechercher les effets secondaires des statines (tels que Lipitor) et «siffler» sur ceux qui les prescrivent. Mon père a commencé à prendre Lipitor vers mai 2002. C’est peu de temps après que j’ai remarqué des changements chez lui. Parfois, il commençait une histoire puis perdait sa place et d’autres choses se produisaient qu’il oublierait. L’été dernier (juillet 2004) après avoir été sur Lipitor pendant près de 18 mois, ma mère a regardé pendant qu’il s’arrêtait en écrivant un chèque pour payer une facture. C’est quelque chose qu’il a toujours fait, gérer / payer toutes les factures du ménage. Il n’arrivait pas à se rappeler comment écrire la forme longue de la somme d’argent. Il est également devenu très calme.
Normalement, il est la vie de la fête et veut discuter avec tout le monde. Au lieu de cela, il devint silencieux et s’assit seul pendant les fêtes ou avec ma mère. Habituellement, il serait celui qui serait le «papillon social» et quitterait ma mère. Après que ma mère ait mentionné cela à son chiropraticien, on lui a donné un article sur certains des effets secondaires de Lipitor (c’était un article de Newsweek). Après avoir lu cet article, ma mère a insisté pour que les soins primaires de mon père arrêtent son Lipitor. Mon père a subi un tomodensitogramme et une IRM qui s’est avérée normale. Il a également fait faire des tests cognitifs qui excluaient la maladie d’Alzheimer.
9) Mon père (qui a 63 ans) a arrêté Lipitor il y a environ 3 ou 4 mois. Nous voyons encore des signes de problèmes de mémoire / cognitifs. (Dans son examen, il a été invité à expliquer le 11 septembre – il a mentionné les bâtiments touchés par des avions mais ne pouvait pas se rappeler le nom, World Trade Center – ne pouvait pas se rappeler le nom du Pentagone – il a dit qu’il bâtiment du gouvernement et ne se rappelait pas du tout le 4ème avion impliqué) C’est pourquoi nous consultons un neurologue.
10) Je vous ai déjà écrit sur le cas de mon mari. Il a arrêté Statins en juillet 2004 mais a des problèmes cognitifs persistants; questionnement répétitif, type de mémoire à court terme. Il a 60 ans, quadruple pontage 52 ans, Statins depuis 8 ans. Les médicaments BP sont: l’énalapril et l’aténolol. Suppléments: CoQ10, Omega 3; B5, 6, 12, acide folique, cannelle, vitamine C et E. Je suis en larmes aujourd’hui. J’ai l’impression de tomber dans un tunnel. Nous avons reçu le rapport des tests de neuropsychologie. Mon mari a marqué au 9e centile, qu’il interprète comme une éducation de 9e année, et il a un QI de 91.
Le neuropsychologue nous a informés que mon mari ne devrait pas conduire avant d’être évalué. Mots exacts du neuropsychologue: «Compte tenu de l’ampleur de ses difficultés de fonction exécutive, je suis préoccupé par sa capacité à conduire prudemment une automobile et je suggère que ses compétences de conduite soient formellement évaluées par le programme« Getting in Gear »de l’Agence du vieillissement. Des variables telles que le temps de réaction et le champ de vision peuvent être valablement évaluées, il est suggéré de limiter sa conduite jusqu’à ce que ses capacités de conduite puissent être valablement évaluées. «  J’ai appelé le neuropsychologue pour les questions et réponses, mais je n’ai pas encore reçu de rappel.
Ce sont les tests administrés. Juste les noms ont été fournis; pas de données brutes. Échelle d’intelligence adulte Wechsler abrégée, examen de l’état mental, test d’apprentissage verbal II, test et rappel de la figure complexe Rey, tests de formation A / B, test de dénomination de Boston, fluidité verbale (FAS), cannelure cannelée, dépistage sensoriel et perceptuel Beck Depression Inventory-II. Je me sens vraiment terrible en ce moment. J’ai l’impression d’avoir laissé tomber mon mari.
Il est un excellent conducteur. Si je pensais qu’il ne l’était pas, je serais le premier à l’admettre. Il fait 99% de la conduite et dans un été moyen, nous pourrions conduire de 11 000 à 15 000 milles. C’est une telle claque dans le visage. Tout ce que j’essayais de faire était de trouver quelqu’un qui comprendrait ce que les statines ont fait à mon mari et c’est comme si elles l’avaient mis en quarantaine pour rester à la maison dans un fauteuil à bascule. Nous avons eu de bonnes nouvelles aujourd’hui. La CRP de mon mari est <0,2.
Partager cet article
Repost0

Lyrica / prégabaline, Neurontin / gabapentine et baclofène : assimilables aux benzodiazépines

Publié le

les dangers
 
« La nouvelle recherche montre que la santé du cerveau chez les personnes âgées dépend de la création de nouvelle synapses »
 
alerte FDA
 
Neurontin, commercialisé par Warner-Lambert, et sa division Parke-Davis, jusqu'à l'acquisition de Pfizer par la société en 2000, est l'enfant emblématique d'un médicament promu illégalement pour des utilisations hors AMM.
"GABAPENTINE, NEURONTIN & LYRICA : quand les médicaments peuvent vous tuer"

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Partager cet article
Repost0

AMPHETAMINES / AMPHETAMINIQUES

Publié le

Troubles psychiatriques, dépression, risques de suicide...
 
l'agitation, la dépression et l'irritabilité, troubles de la coordination, de la confusion, diminution de la libido, la mémoire, la dépersonnalisation, labilité émotionnelle, hostilité, hyperkinésie, hypertonie, hypoesthésie, paresthésie, idées suicidaires, et de vertiges, amnésie, ataxie, déréalisation, et hypomanie diminué.
 
La Cour supérieure de l'Ontario a autorisé un recours collectif pour les Canadiens qui ont consommé le médicament Champix entre le 2 avril 2007 et le 31 mai 2010 et qui allèguent avoir subi certains effets secondaires indésirables.

Le recours collectif réclame des dommages et allègue qu'entre ces dates, Pfizer Canada Inc. a omis de fournir un avertissement adéquat quant aux risques. Pfizer Canada nie les allégations.
Les effets secondaires concernés sont les symptômes ou effets psychiatriques suivants :

  • idées suicidaires ou pensées sur la mort
  • tentatives de suicide
  • dépression, aggravation de dépression, anxiété ou crises de panique
  • sensations d'agitation ou de nervosité
  • comportement agressif ou violent, colère
  • agissements impulsifs dangereux
  • augmentation extrême du niveau d'activité ou de la parole (manie)
  • pensées ou sensations anormales
  • hallucinations (voir ou entendre des choses qui n'existent pas)
  • sentiment que les gens veulent vous causer du tort (paranoïa)
  • sentiment de confusion

Varénicline / Chantix / Champix pour arrêter de fumer provoquent des arrêts cardiaques et des suicides
Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Partager cet article
Repost0

CORTISONE / Les corticostéroïdes glucocorticoïdes

Publié le

Une de mes filles, qui allait très bien et n’avait aucun antécédant, a déclanché à 16 ans une dépression a-typique, puis quelques mois plus tard un comportement hypomaniaque, puis un an après, une bouffée délirante qui a nécessité 2 mois d’hospitalisation et qui l’a laissée fragile. Or, ce n’est qu’à ce dernier épisode qu’on a fait le lien avec la cortisone : chaque crise avait été précédée quelques jours auparavant de piqures de solu-médrol, sans doute même pas indispensables, après traitement chirurgicaux de la mâchoire dans le cas d’un traitement orthodontique un peu lourd
 
Les effets psychotropes des corticoïdes ont été signalés depuis 1950. changements cognitifs comme la démence précoce chez les patients qui suivent un traitement avec des doses élevées de corticoïdes ont été identifiés en 1984. La présentation clinique de ces patients atteints de démence "stéroïde" imitaient celles qui sont typiques de la maladie d'Alzheimer précoce. Comme dans le cas des effets secondaires psychiatriques croticosteroid d'utilisation, la "démence" est réversible. Le cas présenté décrit un patient qui a développé les changements cognitifs et la démence comme un EEG anormal à la suite d'un traitement aux stéroïdes. L'affaire est d'un intérêt non seulement comme un exemple de la démence de stéroïdes, mais aussi parce qu'il est le premier avec séquelles documentée électroencéphalographie et EEG prémorbide, la tomodensitométrie et des tests neuropsychologiques.
 
Des manifestations neuropsychiques bénignes comme des insomnies ou une excitation anormale sont fréquentes. Plus rarement, une corticothérapie peut être à l’origine d’épisodes psychotiques. Une étude française rétrospective a ainsi permis de noter la survenue de complications psychiatriques chez 16% des patients recevant une corticothérapie au long cours pour une maladie de Horton, essentiellement sous la forme de troubles de l’humeur, d’épisodes dépressifs ou maniaques. La survenue de ces événements est plus fréquente dans le premier mois de traitement et en cas d’administration de doses élevées de corticoïdes.
 
La présentation clinique des troubles psychiatriques cortico-induits est très variable : on peut trouver les troubles du sommeil (25 %), la dépression (32 %), la manie (22 %) et les épisodes psychotiques (11 %)
 
Fabriqués à base de corticoïdes, une hormone naturelle, les anti-inflammatoires dits "stéroïdiens" sont les plus puissants. Ils sont prescrits en cas d’asthme, d'allergies, ou d'œdèmes de Quincke par exemple. On ne le sait pas toujours mais ils peuvent avoir de lourdes répercussions psychologiques sur l'organisme : "J’ai déjà vu des patients devenir maniaque après avoir pris des anti-inflammatoires contenant des corticoïdes. Et pas besoin d’une grosse quantité pour obtenir ce genre d’effets secondaires" prévient ainsi le Dr Vincent Dodin, psychiatre. Il ajoute qu'ils peuvent aussi entraîner un manque de sommeil poussant le patient à devenir agressif.
Partager cet article
Repost0

OPIOÏDES / DERIVES MORPHINIQUES CHIMIQIUES

Publié le

Karen Kieve, agée de 26 ans, fille du fondateur de 'avril' a glissé dans la paranoïa post-opératoire, exactement sept jours après avoir reçu un cocktail de médicaments, y compris des stéroïdes, avant, pendant et après l'anesthésie pour une chirurgie au cours de l'extraction des dents de sagesse incluses.
 
Les taux de suicide ont fortement augmenté dans les États-Unis dans la dernière décennie, et la disponibilité des analgésiques opioïdes peuvent être en partie à blâmer, rapporte le New York Times.
 
Liste partielle des médicaments associés à une déficience cognitive induite par un médicament
Opiacés (généralement associés au delirium seulement)
- Acétaminophène et codéine (APAP, TYLENOL AVEC CODEINE)
- Acétaminophène et hydrocodone (BANCAP-HC, LORTAB, VICODIN)
- Acétaminophène et oxycodone (PERCOCET, ROXICET, TYLOX) **
- Aspirine et oxycodone (PERCODAN) **
- Butalbital, acétaminophène et caféine (ESGIC PLUS, FIORICET) *
- Butalbital, caféine et aspirine (FIORINAL) *
- Butalbital, caféine, aspirine et codéine (FIORINAL AVEC CODEINE) *
- Butorphanol (STADOL) *
- Fentanyl [patch] (DURAGESIC) **
- Hydrocodone et ibuprofène (VICOPROFÈNE)
- Hydromorphone (DILAUDID)
- Meperidine (DEMEROL)
- Pentazocine (TALWIN) *
- Pentazocine et naloxone (TALWIN-NX) *
- Tramadol et acétaminophène (ULTRACET) *
 
Karen Kieve est décédée après être tombée d'une fenêtre - mais sa mère Millie Kieve pense que des années de souffrances ont été à blâmer
 

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Partager cet article
Repost0

RITALINE / chlorhydrate de methyphenidate, CONCERTA...

Publié le

LE TRAITEMENT AVEC RITALINE A CAUSÉ DES SUICIDES ET DES TENTATIVES DE SUICIDE PARMI LES ENFANTS."21 CAS DES TENTATIVES DE SUICIDE ET 6 SUICIDES "- L' AGENCE DU MÉDICAMENT SUÉDOIS A , MALGRÉ TOUT, APPROUVÉ LA VENTE DE RITALINE EN SUÉDE.
 
Pensée suicidaire chez les enfants et les adolescents traités par Strattera (Atomoxetine)
 
Nervosité et l'insomnie sont des effets indésirables très fréquentes survenant lors de la prise des médicaments stimulants.
 
danger
 
Le méthylphénidate (Ritaline), stimulant du système nerveux central est pharmacologiquement proche des amphétamines, a de graves effets secondaires (insomnie, dépendance, dépression…) qui incitent à prendre de nouveaux traitements tels les somnifères. Les effets secondaires peuvent aller jusqu’à des phénomènes d’accoutumance. Ils provoquent parfois des lésions graves, notamment des accidents cardiaques, ou bien aboutissent à des automutilations, des décès, des tentatives de suicide et des passages à l’acte suicidaire.
 
peut provoquer des souffrances psychiques telles des dépressions, de l'épuisement, ou des tendances suicidaires.
 
Dépression, pensées suicidaires…

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

Partager cet article
Repost0

NEUROLEPTIQUES : Seroquel / quétiapine, l'olanzapine / Zyprexa, Abilify / aripiprazole, Risperdal, rispéridone...

Publié le

Les effets secondaires incluent des symptômes parkinsoniens pour lesquels plus de médicaments sont prescrits qui peuvent causer (traitement induite) maladie iatrogène grave. Chez les personnes qui ne sont pas psychotique, ils peuvent en effet déclencheur psychose. Gain de poids grave, le diabète et les problèmes cardiaques peuvent également avoir des effets secondaires. Des bilans réguliers pour des signes d'effets indésirables doivent être effectuées. Ils ne sont pas «guérir» quoi que ce soit, mais changer la façon dont fonctionne l'esprit. Joanna Moncrieff de écrit un livre intitulé : Le mythe de la Cure chimique
 
DANGER
 
Les traitements neuroleptiques sont fortement suspects de produire des crises psychotiques soit par syndrome de sevrage, soit par toxicité directe. Autrement dit le médicament supposé soigner la folie rend fou. Joanna Moncrieff a eu le courage de le montrer pour la clozapine dans cette étude
 
1883 Les phénothiazines sont développées comme colorants synthétiques.
1934 Le ministère de l’agriculture américain développe les phénothiazines comme insecticides.
1949 Les phénothiazines démontrent un effet inhibant sur l’activité physique des rats.
1950 Rhône Poulenc synthétise la chlorpromazine, une phénotiazine, pour l’utiliser comme anesthésiant.
Histoire clinique : les neuroleptiques classiques
1954 Il est démontré que la chlorpromazine, commercialisée aux Etats-Unis sous la marque Thorazine, provoque chez les patients des symptômes de la maladie de Parkinson....
 
La phénothiazine, à partir de laquelle les phénothiazines médicaments sont dérivés est en fait un insecticide utilisé pour traiter les parasites du bétail – déstiné à tuer les poux et les puces ou donnés oralement à tuer les vers intestinaux – dans la première moitié du 20e siècle. Regardez dans tout bon dictionnaire tels que Merriam-Websters. Un groupe de psychiatres français a fait observer que les travailleurs agricoles exposés à des phénothiazines avaient souvent de l’inquiétude, de l’angoisse et la folie maintenant connu sous le nom de Akatysie, tandis qu’un petit pourcentage d’entre eux ont développé un « pseudo-Parkinsonism, » ils devenaient des zombies que les médecins français espère reproduire afin de « pacifier les détenus de l’asile. » L’objectif initial pour le développement de ces médicaments était d’isoler les parties de la molécule phénothiazine qui transformait les personnes en « zombies » faciles à manipuler . Ce n’est que plus tard que la notion de « traitement » de la maladie mentale avec ces poisons va se développer. Thorazine, Haldol et d’autres phénothiazines drogues ont détruit la vie de millions de personnes innocentes. Plus tard il a été également constaté que les phénothiazines interferraient avec la dopamine dans le cerveau, c’est alors que les psychiatres ont commencé le mythe d’un « déséquilibre de dopamine. » Ainsi, le terme pseudo-scientifiques « déséquilibre chimique » fut utilisé par tous les psychiatre qui prescrirent ces dangereuses produits chimiques toxiques.
 
La phénothiazine est un agent insecticide et anthelminthique synthétisé initialement en 1883 à partir de bleu de méthylène, découvert sept ans plus tôt par Paul Ehrlich. De cette molécule dérivent des neuroleptiques.
 
neuroleptiques cachés
 
mépronizine, donormyl, noctran, théralène, vastarel, nozinan, phénergan…
 
a fait remarquer que le taux de suicide, de mort et de tentatives de suicide liées au Zyprexa ayant eu lieu pendant les essais cliniques de pré-commercialisation a été « le plus élevé que tout autres médicaments psychotropes dans l’histoire » »
 
a déclaré au Congrès que les neuroleptiques atypiques comme le Zyprexa tuent quelques 62000 personnes par an dans des utilisations non approuvées ».
 
(les symptômes de Parkinson peuvent persister pendant plusieurs mois, voire des années) Parkinson provoquée par les médicaments antipsychotiques a été reconnue depuis le début des années 1950. Ces médicaments comprennent les tranquillisants majeurs plus anciens tels que l’Haldol, Prolixin, Stelazine et Thorazine, les principaux médicaments antipsychotiques tels que le Risperdal, Orap et Zyprexa, et les médicaments utilisés pour les nausées, des vomissements, et le reflux acide tel que Compazine et Reglan. Les médicaments ont en commun la capacité à bloquer les récepteurs de la dopamine dans le cerveau. En effet, ils provoquent des symptômes de Parkinson en faisant les récepteurs indisponible pour propre dopamine du cerveau. L’incidence déclarée de médicament a causé Parkinson varie de 15 -61%. Le plus puissant médicament inhibiteur des récepteurs de la dopamine, plus elle est susceptible de provoquer la maladie de Parkinson. L’âge est un facteur de risque; les personnes âgées sont plus susceptibles de développer des symptômes de Parkinson. Ceci peut être lié à la perte normale liée à l’âge des cellules nerveuses dopaminergiques. Les symptômes de la maladie de Parkinson médicamenteuse causés sont presque indiscernables de PD typique exception de la présence de la dyskinésie co-existant dans la maladie de Parkinson provoquée médicament (en l’absence de traitement avec Sinemet). Cependant, il ya quelques différences. Par exemple, la maladie de Parkinson provoquée médicament se traduit généralement par la bradykinésie et la rigidité symétrique dans les premiers stades, tandis que PD typique est souvent asymétrique dans les premières phases. Dans médicament a causé la maladie de Parkinson le mouvement lent, absence d’expression faciale, le balancement des bras absent, la parole douce et monotone, et la posture fléchie peut être confondu avec la dépression. Le tremblement de pilule laminage caractéristique au repos vu dans PD typique est rare dans médicament a causé la maladie de Parkinson. Médicament a causé la maladie de Parkinson, est cependant, souvent associé à un tremblement d’action qui a une fréquence plus rapide que le tremblement de repos typique. Un tremblement de la lèvre au médicament a causé la maladie de Parkinson, une fois pensé pour être unique, est parfois vu dans PD typique. Les symtpômes de Parkinson peuvent apparaître après plusieurs jours de commencer l’antipsychotique médicament bloquant la dopamine; Toutefois, la progression dépend de la dose et de la puissance du médicament. Les symptômes de Parkinson disparaissent généralement en quelques semaines après que le médicament incriminé est retiré. Chez certains patients, notamment les personnes âgées, les symptômes de Parkinson peuvent persister pendant plusieurs mois, voire des années Tous les patients traités par le récepteur de la dopamine d’agents de blocage de développer la maladie de Parkinson, ce qui indique la sensibilité individuelle. Peut-être, les gens qui sont enclins à développer des médicaments causé Parkinson ont PD infraclinique et le médicament démasque alors le PD sous-jacent. Cette idée est soutenue par l’observation de RAJPUT qui a trouvé des preuves à l’examen post-mortem de PD typique de deux patients qui avaient drogues réversible causé la maladie de Parkinson. En plus des anomalies pathologiques typiques, y compris des corps de Lewy et la dépigmentation de la substantia nigra vu dans les deux cas, il y avait une réduction des niveaux de dopamine dans le striatum d’un patient. Par conséquent, le patient occasionnel qui Parkinson persiste après le retrait du médicament peut avoir un vrai PD sous-jacent. Après l’administration chronique du récepteur de la dopamine bloquant médicaments antipsychotiques à des singes, oiseaux présentes augmenté les niveaux de dopamine dans les noyaux gris centraux, après deux mois de traitement, mais les niveaux ont été nettement réduite après 20 mois. Il ne sait pas si la drogue a causé la maladie de Parkinson est un «prédicteur» de l’évolution ultérieure de la dyskinésie tardive (ainsi appelé parce que la dyskinésie apparaît après que le médicament a été lancé, ou parfois après que le médicament a été arrêté). Alors que médicament a causé la maladie de Parkinson et de la dyskinésie tardive sont probablement médiés par des mécanismes différents, les deux troubles peuvent coexister dans la même personne. Cette combinaison représente un défi parce que le traitement d’un état peut aggraver l’autre. Il existe trois classes de médicaments qui sont susceptibles de produire la maladie de Parkinson: récepteurs de la dopamine agents, y compris les phénothiazines (comme Compazine, Stelazine et Thorazine) bloquant, butyrophénones (tels que l’Haldol), et le métoclopramide (Reglan). Dopamine appauvrissant agents, y compris la réserpine (rarement utilisé) et tétrabénazine (utilisé pour contrôler la dyskinésie) Les médicaments qui agissent par différents mécanismes connus et inconnus, y compris les médicaments antipsychotiques atypiques tels que Resperidal, Orap et Zyprexa). Dans une série de 95 nouveaux cas de la maladie de Parkinson évalués dans un service de médecine gériatrique, 58 ont été causés par la drogue. Le médicament incriminé fréquente était un Compazine nausées anti, anti-drogues de vomissements. Dans notre expérience, Reglan est l’une des causes les plus fréquentes de médicaments causés parkinsonisme. Rarement, le lithium, la flunarizine et cinnarizine (médicaments ne sont pas disponibles aux États-Unis) peuvent provoquer réversible Parkinson. Commentaire par le Dr Lieberman. Si un médicament est soupçonné de causer la maladie de Parkinson, il devrait y avoir une relation directe de lorsque le médicament a démarré et quand les symptômes de Parkinson apparu. Les symptômes doivent apparaître sur les deux côtés du corps en même temps. Et, les symptômes devraient disparaître plusieurs jours ou semaines après l’arrêt du médicament. Les symptômes peuvent ne pas répondre aux Sinemet ou les agonistes de la dopamine car les récepteurs dans le cerveau sont bloqués empêchant Sinemet ou les agonistes de la dopamine de travail. Cet article est paru dans «médicaments pour le traitement de la maladie de Parkinson. » Edité par le Dr Donald Calne B, Springer Verlag 1989 L’article est un classique.
 
neuroleptiques sédatifs pour candidats à l'obésité et à l'état de légume...
Il est écrit dans le Vidal qu'il doit être donné de manière transitoire, mais souvent les médecins oublient le "transitoire".
Or ce produit bloque lui aussi la dopamine, donc enlève toute source de plaisir au patient et favorise éventuellement le vieillissement. Le seul plaisir que l'on ressent avec ce médicament est celui de manger : c'est entre autres la raison pour laquelle il fait grossir terriblement. Comme le Théralène.

un grand nombre de médicaments psychiatriques administrés peut provoquer ou augmenter la dépression et les tendances suicidaires. Mais dans la littérature spécialisée médicale et pharmacologique, il ya de nombreux rapports sur les effets dépressifs de médicaments psychiatriques. En particulier les neuroleptiques, médicaments dits antipsychotiques, initient souvent la dépression et le suicide.
  Témoignage d’un victime d’un neuroleptique le plus léger : l’agréal

Les médicaments antipsychotiques qui m’ont donné envie de me tuer
Alors que les médicaments antipsychotiques sont considérés comme le traitement le plus efficace des épisodes psychotiques, ils sont aussi reconnus pour avoir des effets secondaires dévastateurs.
 
Les taux de suicide à vie dans la schizophrénie traitée: 1875-1924 et 1994-1998 cohortes par rapport , par D. Healy, M. Harris, R. Tranter, P. éviscération, R. Austin, G. Jones-Edwards et Roberts AP, British Journal de psychiatrie, (2006), 188, 223 -228. Cette étude a révélé une augmentation de 20 fois du taux de suicide chez les personnes diagnostiquées avec la schizophrénie depuis l’introduction des neuroleptiques.  Cette étude documente la façon dont le taux de suicide est passé de un demi de un pour cent avant l’avènement des neuroleptiques (et la désinstitutionnalisation) à quatre pour cent de l’ère moderne où les neuroleptiques sont le traitement standard.
 

« Ce que ces médicaments infligent aux patients est un désastre, et presque tous les signes qu’on croit causés par par la schizophrénie, sont en fait causés par les médicaments »

J’appellerais volontiers les antipsychotiques des “antihumains” dans la mesure ou ils altèrent la possibilité de vivre une vie normale et enrichissante, la capacité de lire, de penser, de se concentrer, d’être créatif, de ressentir et d’avoir une vie sexuelle. Il ne reste pas grand chose aux gens sous antipsychotiques et certains dans cette situation se décrivent comme un zombie ou un légume. Il n’est pas surprenant que ces patients tentent parfois, sans espoir devant eux, de se suicider. On entend souvent que la schizophrénie accroît fortement le risque de suicide mais jamais du niveau de risque suicidaire des schizophrènes qui ont délibérément refusé de prendre des antipsychotiques.

neuroleptique : Déclencheurs de la psychose
mais aussi : les antidépresseurs, les tranquillisants, les anticonvulsivants, les antiparkinson, les analgésiques, les antibiotiques, les médicaments contre l’hypertension, ritaline….
 
L'étude portait sur 145 patients et les chercheurs ont signalé que, après 15 ans, 65% des patients atteints d'antipsychotiques étaient psychotiques, alors que seulement 28% de ceux qui ne recevaient pas de médicaments étaient psychotiques

Les traitements neuroleptiques sont fortement suspects de produire des crises psychotiques soit par syndrome de sevrage, soit par toxicité directe. Autrement dit le médicament supposé soigner la folie rend fou. Joanna Moncrieff a eu le courage de le montrer pour la clozapine dans cette étude
 
augmentation de 20 fois du taux de suicide chez les personnes diagnostiquées avec la schizophrénie depuis l'introduction des neuroleptiques.
 
Les effets secondaires incluent des symptômes parkinsoniens pour lesquels plus de médicaments sont prescrits qui peuvent causer (traitement induite) maladie iatrogène grave. Chez les personnes qui ne sont pas psychotique, ils peuvent en effet êtres déclencheur de psychose. Gain de poids grave, le diabète et les problèmes cardiaques peuvent également avoir des effets secondaires. Des bilans réguliers pour des signes d'effets indésirables doivent être effectuées. Ils ne sont pas «guérir» quoi que ce soit, mais changer la façon dont fonctionne l'esprit. Joanna Moncrieff de écrit un livre intitulé : Le mythe de la Cure chimique Mes ,eneuroleptiques
 
Crise de folie meurtrière : ces antipsychotiques dangereux et insufisament controlés
Si la fusillade de Newtown a relancé le débat sur les armes à feu, elle a aussi soulevé le problème des antipsychotiques. Le meurtrier, Adam Lanza, était sous Fanapt, un médicament controversé aux effets secondaires particulièrement lourds : agressivité, paranoïa, délire ou encore crises de panique....
En effet, le Fanapt, drogue acceptée par la Food and Drug administration (FDA) depuis 2009 était très controversée bien avant le drame de Sandy Hook. Au-delà des effets secondaires de type cardiaque, les effets indésirables signalés avec le médicament du jeune Adam étaient l’agitation et l’agressivité. Les accès maniaques ou de paranoïa avaient été rapportés ainsi que des désordres compulsifs, des impulsions incontrôlables et des dépressions profondes
 
Les médicaments antipsychotiques qui m'ont donné envie de me tuer
Alors que les médicaments antipsychotiques sont considérés comme le traitement le plus efficace des épisodes psychotiques, ils sont aussi reconnus pour avoir des effets secondaires dévastateurs.

Le désastre des effets secondaires

Les psychiatres omettent de signaler le danger potentiel d’utiliser ces drogues à leurs patients qui vont alors ignorer les risques de dyskinésie tardive (perturbation de la mobilité d’un organe, incoordination, spasmes..), démence tardive, insensibilité émotionnelle, amoindrissement général de la conscience, et dysfonctions cognitives. Le syndrome de déficit neuroleptique (NIDS) peut aussi être provoqué par des clés psychotropes qui changent notre conscience émotionnelle, la rapidité et clarté de nos pensées et fabriquent de véritables « zombies ».
 
Les dyskinésies tardives surviennent dans 20 à 40 % des traitements chroniques. Peuvent survenir plusieurs années après l’arrêt du traitement et sont irréversibles
 
0 à 5 ans    31,8% 5 à 10ans   49,4% 10 à 15 ans 56,7 % 15 à 20 ans 64,7% 20 à 25 ans 68,4%
 
si vous restez sur ces médicaments, pendant dix ans, le risque de développer TD est de 50%.
 
les médicaments qui sont parfois utilisés pour maîtriser les tremblements momentanés sont inefficaces vis-à-vis de la DT et peuvent même l’aggraver.

La dyskinésie tardive induite par les médicaments c’est développé chez 73000 personnes âgées, cette condition est la plus grave et commune des effets indésirables des médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible. Le Syndrome parkinsonien (pakinsonnisme) chez 61000 personnes âgées sont également dues à l’utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l’halopéridol (Haldol), la chlorpromazine (THORAZINE), de la thioridazine (MELLARIL), trifluopérazine (STELAZINE), et fluphenazine (PROLIXIN).

Centre de ressources antipsychotiques et dyskinésie tardive (TD)
La dyskinésie tardive (DT) est un trouble du mouvement provoqué par les médicaments neuroleptiques ou antipsychotiques y compris les plus grands tels que Thorazine et Haldol et aussi les plus récents tels que le Zyprexa, Risperdal, Geodon, Abilify et Seroquel. Bien que les défenseurs de la drogue affirment souvent que les antipsychotiques plus récents ou atypiques causent TD à un taux très bas, c’est tout simplement faux. Dr. Breggin a déjà été consulté dans de nombreuses actions de TD portant sur les nouveaux médicaments avec plusieurs victoires d’audience impliquant Risperdal, dont deux au Canada et un en Alaska. Alors que la plupart des cas des cas TD ne se développent pas avant au moins 3-6 mois d’exposition, le Dr Breggin a vu se produire après seulement quelques doses ou moins. La dyskinésie tardive est un trouble très variable qui puisse affliger un groupe de muscles qui est normalement sous contrôle volontaire comme le visage, les paupières, de la langue, de la bouche, le cou, les épaules, le torse et les bras et les jambes. Il peut aussi affliger les muscles qui contrôlent avaler, parler et respirer. Il peut commencer par des changements subtils comme le strabisme ou une langue «épais». Il peut varier en sévérité légère à extrêmement invalidante, et est généralement défigurant et humiliante. Il peut être épuisant. Les cas qui sont graves ou qui durent depuis plusieurs mois sont généralement irréversibles. Elle peut survenir à n’importe quel âge. Il n’existe aucun traitement satisfaisant. La dyskinésie tardive se produit sous plusieurs formes, y compris TD classique avec des mouvements lents ou saccadés, la dystonie tardive des spasmes musculaires qui peuvent être très douloureuses, et akathisie tardive avec une agitation intérieure angoissante ou agitation qui anime souvent la personne à se déplacer frénétiquement dans un effort pour soulager les sensations…. Expertise médicale du Dr. Breggin a joué un rôle clé dans de nombreux cas de survenue de dyskinésie tardive, y compris ce qui suit:

  • 1,6 million de dollars TD verdict
  • 6,7 millions de dollars accordé par un jury en cas Risperdal TD
  • Jury des prix de 1,3 million $ à la victime TD: juge d’appel ups attribution de 2 millions de dollars, citant le témoignage du Dr Breggin
  • TD cas réglé après le témoignage du Dr Breggin
  • victoire de repère dans le premier cas canadien TD
 La dyskinésie tardive a été nommé et classé en 1964. Au début des années 1960, les symptômes associés à la dyskinésie tardive ont été apparent dans environ 30 pour cent des patients psychiatriques traités par antipsychotiques, liant le développement de l’état de ces médicaments. Le développement de la dyskinésie tardive est souvent liée à l’utilisation du métoclopramide. Le métoclopramide du médicament (vendu aujourd’hui sous le nom de marque Reglan, entre autres) a été développé en Europe au milieu des années 1960 et est devenu disponible pour une utilisation en 1982. Au début de 2009, la Food and Drug Administration a émis un avertissement au sujet de métoclopramide, en informant le public de la recherche qui suggère l’utilisation de métoclopramide est la cause la plus fréquente des troubles du mouvement induits par les médicaments. Une étude de 2004 a révélé que les femmes plus âgées traitées avec le métoclopramide sont exposés à un risque accru de développer des symptômes de dyskinésie tardive, en plus, les hommes, les nourrissons et les enfants sont également fréquemment touchés par la dyskinésie tardive induite par le métoclopramide ..

Poursuite de la dyskinésie tardive
Poursuites judiciaires pour les utilisateurs de Reglan étudient actuellement dans tout le pays.

Tardive Dyskinésie Procédure
Dyskinésie tardive se caractérise par des mouvements coordonnés et constants de la bouche, de la langue, de la mâchoire et des joues.

À son extrême, l’akathisie peut être l’état mental le plus douloureux, connu pour les humains. Elle a été amenée à la torture de dissidents soviétiques avant les années 1970 et est encore utilisé sur le Falun Gong en Chine.

Partager cet article
Repost0

BENZODIAZEPINES / SOMNIFERES

Publié le

benzodiazépines : ils créent plus de problèmes qu'ils n'en résolvent
Nous savons aussi que certains benzodiazépines, notamment Halcion et Xanax, causent de graves effets secondaires, notamment la dépression, des hallucinations, l'amnésie et des comportements violents.
 
Dans cette étude, les personnes prenant des benzodiazépines à demi-vie longue ont un risque de démence augmenté de 60%.
 
professeur Ashton
 
les soi-disant anxiolytiques ne guérissent rien mais sont plutôt des substances handicapant le cerveau. Lors d’un essai clinique, 70 pour-cent des personnes prenant de l’Halcion “ont développés des pertes de mémoire, de la dépression et de la paranoïa”
 
« L’ARRÊT DE LA COMMERCIALISATION DE CES PRODUITS SERAIT UNE MESURE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE »
 
L'industrie du somnifère voudraient vous faire croire que l'insomnie mène à la dépression, ce qui peut être vrai de temps en temps. Elles impliquent que les somnifères pourrait prévenir la dépression. Il n'en est rien. Les essais contrôlés de zaleplon, le zolpidem, eszopiclone et rameltéon mentionnés dans les documents NDA FDA montrent un taux plus élevé de développer une dépression chez les personnes compte tenu des somnifères par rapport à ceux sous placebo. Cela signifie que les somnifères amener les gens à avoir plus de dépression. Peut-être que le mécanisme commun est que l'insomnie mène à dormir utilisation de la pilule, qui à son tour conduit à la dépression. Il a été prouvé très clairement que dormir utilisation de la pilule est associée à des taux de suicide très élevé, mais encore, la preuve que les somnifères provoquent une augmentation suicide est fondée sur la preuve solide que les pilules causent la dépression, ainsi que des taux très élevés de suicide observée parmi ceux qui sont connus pour avoir pris des somnifères.
 
Les risques cachés des benzodiazépines
 
Les effets contraires chez les personnes âgées. Le système nerveux central des gens plus âgés est plus affecté par les effets dépressants des benzodiazépines que celui des personnes plus jeunes. Les benzodiazépines peuvent causer de la confusion, de l’amnésie, de l’ataxie (perte d’équilibre), des maux de cœur et de la pseudodémence (souvent attribué par erreur à la maladie d’Alzheimer) chez les personnes âgées et devraient être évités le plus possible. Ceci est du principalement au fait qu’elles métabolisent les médicaments d’une façon moins efficace que les personnes plus jeunes. L’effet de ces médicaments dure donc plus longtemps formant une accumulation résiduelle plus importante à l’utilisation régulière. Cependant, avec la même concentration sanguine, les effets dépressifs des benzodiazépines augmentent chez les gens âgés; possiblement parce qu’ils ont moins de cellules au cerveau et moins de capacités cérébrales à les régénérer que les personnes plus jeunes.
 
les benzodiazépines peuvent être liés à la démence sénile (démence, 1992; 3:232-8). Quiconque en doute le potentiel de benzodiazépines de mimer les effets de la démence sénile a seulement pour rappeler le cas de l’ancien chef Ernest Guinness Saunders, qui a récupéré de « Alzheimer » dès qu’il est sorti de son tranquillisants.
 
Attention, Ne JAMAIS stopper brusquement !!
Pour en savoir plus sur les benzodiazépines et somnifères
 
Au Québec, 80 % des personnes âgées consomment des benzodiazépines (Bzd)
 
benzodiazépines, antidépresseurs….
 
16.000 à 31.000 cas d’Alzheimer seraient ainsi attribuables à ces traitements par benzodiazépines.
 
Les benzodiazépines sont communément utilisées pour le traitement de l’anxiété et des troubles du sommeil. En outre, elles constituent les médicaments psychotropes les plus fréquemment administrés aux personnes âgées, avec souvent même une  utilisation à long terme. Les effets négatifs des benzodiazépines sur la mémoire sont bien documentés. Par contre, relativement peu d’études ont examiné, sur d’importants échantillons, si l’utilisation à long terme de benzodiazépines provoquait un déclin cognitif permanent ou était associée à un risque accru de vieillissement cérébral problématique (de « démence »). Dans une étude menée à Taiwan, Wu et al. (2009) ont suivi pendant un minimum de 4 ans une cohorte de personnes âgées de 45 ans et plus. Le suivi se terminait à la fin de la période d’observation, ou quand les personnes quittaient l’étude, ou encore quand elles développaient une « démence ». Les personnes (n= 779 personnes ; âge moyen : 75.6 ans) qui ont, durant le suivi, développé une «  démence » ont été individuellement appariées à 6 personnes du même âge et genre qui n’avaient, elles, pas présenté de « démence ». Les résultats montrent qu’une dose cumulée plus importante et une durée plus longue d’utilisation de benzodiazépines sont associées à un risque plus élevé de « démence ». En outre, les personnes « démentes » sont plus fréquemment des utilisatrices à long terme de benzodiazépines (utilisation pendant plus de 180 jours durant une période d’une année). Ces résultats se maintiennent après avoir contrôlé l’influence de possibles facteurs de co-morbidité (notamment cardiovasculaire et psychiatriques).
 
la déficience cognitive induite par les médicaments est le plus souvent lié à des benzodiazépines, des opiacés, des antidépresseurs tricycliques et les anticonvulsivants (médicaments utilisés pour traiter et prévenir les crises).
 
« L’ARRÊT DE LA COMMERCIALISATION DE CES PRODUITS SERAIT UNE MESURE DE SALUBRITÉ PUBLIQUE »
 
Une étude a été récemment publiée dans le British Medical Journal montre que seulement quatre des somnifères par an seront tripler votre risque de décès. Prendre 18 pilules par an permettra de quadrupler le risque de la mort !
 
La « Journée Mondiale Alzheimer » est prévue pour le 21 septembre. Il est peu vraisemblable que la ministre de la Santé publics y évoque l’affaire des benzodiazépines.
 
Pour le psychiatre Patrick Lemoine, le lien entre la consommation excessive de somnifères et d’anxiolytiques et le risque de démence s’explique. En cause: une aggravation de l’apnée du sommeil. Il estime que certaines benzodiazépines devraient être retirées du marché.
Parce que, pour vous, ce lien entre consommation de benzodiazépines et entrée dans la démence est donc une évidence ?
Oui. Et je pense qu’il y a une explication, qui est liée à l’augmentation des arrêts respiratoires (en durée et en fréquence) que provoquent les benzodiazépines pendant le sommeil. Or, on sait parfaitement que ce syndrome d’apnée du sommeil aboutit à des tableaux démentiels.
 
En 1982, le gouvernement britannique apprenait que les benzodiazépines (dérivés du valium : Xanax, Lexomil, Lysanxia, Myolastan…) pouvaient provoquer des troubles neurologiques graves. 30 ans plus tard… les médecins continuent de distribuer les pilules comme des Smarties !
 
Sciences et Avenir : Quel enseignement tirer des résultats de votre étude ?
Bernard Bégaud : En termes de santé publique, c’est un signal d’alerte très fort. Avec la nôtre, cela porte à neuf le nombre d’études qui ont été menées et dont la majorité va dans le sens d’une association entre la consommation au long cours de tranquillisants et somnifères et la maladie d’Alzheimer
Les politiques se doivent-ils de réagir ?
Les responsables sanitaires devraient sérieusement s’inquiéter. D’un côté, notre pays fait une consommation délirante de benzodiazépines, de l’autre, nous savons que prendre ces traitements favorise l’entrée dans l’une des pires maladies qui soit. Cette affaire est une vraie bombe, mais les décideurs n’ont pas l’air de le réaliser…
A-t-on une idée de l’étendue des dégâts ?
Dans l’affaire du Mediator, on parle de 500 à 2000 morts en trente ans. Avec les benzodiazépines, du fait de la consommation forcenée dans la population âgée, c’est beaucoup plus. La maladie d’Alzheimer est devenue la grande cause nationale. […]  Pourtant on continue à prescrire en masse des traitements qui favorisent l’apparition de cette maladie.On marche sur la tête.
 
Les médicaments désagrégateurs de cellules sont à mon avis très fortement impliqués dans ces problèmes : antibiotiques, anti-inflammatoires non-stéroidiens, traitements anti-cancer, etc...
Partager cet article
Repost0

ANTIDEPRESSEURS

Publié le

Détérioration de la dépression et du Suicide chez les patients Étant traité avec des antidépresseurs. : Bulletin de renseignements de santé publique de FDA

Antidepresseurs : danger

Effets secondaires des antidépresseurs ISRS : Ils constituent 30% des admissions dans une unité psychiatrique en milieu rural.: Mais avec 6,5 millions d'ordonnances pour les ISRS sont publiées en Australie, les coûts en vies humaines et la morbidité sont importantes et elles sont affichées au Département de suicide de la santé, les tentatives de suicide et les statistiques d'admiss

Les ISRS provoquent la dépression : Les niveaux accrus de sérotonine produisent, la dépression, le comportement impulsif, le meurtre et le suicide, l'incendie criminel, le crime violent, conduite insouciante, l'inquiétude, l'irritabilité, les douleurs autour du coeur, l'insomnie

plus de 4800 drames attribués aux antidepresseurs et a leurs sevrages

les antidépresseurs dans le top des médicaments qui tuent
La sérotonine est un neurotransmetteur qui influe sur notre humeur, le sommeil et l’anxiété. Des niveaux élevés conduisent à l’anxiété, et de faibles niveaux à la dépression. Les ISRS (inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine) sont des médicaments sur ordonnance utilisés pour réguler les niveaux de sérotonine dans le cerveau, communément appelés les antidépresseurs. Les antidépresseurs comme le Prozac, le plus « populaire », le Zoloft, le Paxil, l’Effexor, et le Lexapro peuvent conduire à une akathisie, une condition caractérisée par une agitation constante, souvent associés à un comportement antisocial, à la violence et au suicide. Très ironiquement, les antidépresseurs peuvent rendre votre dépression encore pire. La dysfonction sexuelle, le saignement gastro-intestinal, les maladies cardio-vasculaires, et les troubles de l’humeur ne sont que quelques-uns de leurs effets secondaires potentiellement mortels.

Antidépresseurs, violences et suicides
Au contraire, les études menées sur certains ISRS (les premières mises en garde dans la littérature spécialisée concernant la Fluoxétine datent déjà de 1983[1]) ont montré une augmentation des passages à l’acte auto- et hétéro-agressifs et ce non seulement chez des patients avec un diagnostic de dépression mais aussi, ce qui est encore plus inquiétant, chez les volontaires sains
 
Les effets bénéfiques des médicaments psychiatriques sont si minces, dit-il, qu’il serait possible d’arrêter l’utilisation actuelle presque complètement sans causer de dommages. Il recommande d’arrêter l’utilisation de tous les médicaments antidépresseurs ainsi que ceux du TDAH et de la démence, et de prescrire seulement une petite fraction des antipsychotiques et des benzodiazépines utilisés actuellement.
 
«Ces nouvelles mises en garde précisent que les patients de tous âges qui prennent ces médicaments peuvent présenter des changements comportementaux et/ou émotifs pouvant être associés à un risque accru de poser des gestes autodestructeurs ou de faire du mal à autrui».

« Antidépresseurs : des placebos potentiellement mortels ? »
Plus de 2.000 suicides liés au Prozac ont été signalés jusqu’à l’automne 1999 à l’agence états-unienne du médicament (FDA). Ce risque était connu des laboratoires, et lors de procès intentés aux Etats-Unis à la firme GSK, on a appris l’occultation délibérée du risque suicidaire du Déroxat, majoré chez les enfants. Depuis, les antidépresseurs portent un « label noir » aux Etats-Unis et ne peuvent être prescrits en ville qu’aux personnes âgées de plus de 24 ans. En France, certaines estimations parlent de 3.000 à 4.000 suicides par an, liés aux antidépresseurs

Ces médicaments qui tuent : quelle responsabilité des systèmes de santé et des médecins ?
60 % de prescriptions ou de médicaments inutiles sont vendus 10 à 100 fois leur prix de revient à 25 millions de bien-portants, « souffrant » de maladies qui n'existent guère, inventées par l'industrie pour son profit

 il est raisonnable de penser que le prozac peut-être associé à 156.060 décès par suicide et 2 520 000 réactions indésirables
Les individus, âgés de 25 ans et au-dessus, qui prennent des médicaments ISRS doivent savoir qu'ils ne sont pas à l'abri du risque suicidaire (voir ci-dessus) ou des nombreux effets secondaires associés à ces médicaments Les effets secondaires courants comprennent l'anxiété, la dépression, maux de tête, douleurs musculaires, douleurs à la poitrine, nervosité, insomnie, somnolence, faiblesse, changements de la libido, tremblements, bouche sèche, irritée estomac, perte d'appétit, des étourdissements, des nausées, des éruptions cutanées, des démangeaisons, le poids gain, la diarrhée, la perte de cheveux impuissance, la peau sèche, des douleurs thoraciques, de la bronchite, troubles du rythme cardiaque, des contractions musculaires, l'anémie, l'hypoglycémie et la thyroïde faible.
Prozac seule a été associée à plus de 1.734 décès par suicide et plus de 28.000 réactions indésirables 

POUR EN SAVOIR PLUS ET AGIR
 
SeroxatKillsBabies
 
ils sont à l'origine de dizaines d'assassinats, des milliers de psychoses et modifient l'esprit de millions d'utilisateurs
 
Une étude suédoise estime à 3% le taux de décès par effets indésirables des médicaments. Les antidépresseurs arrivent en troisième position
 
Le Cymbalta, antidépresseur actuellement sur le marché, était testé au cours d’une étude clinique de 6 semaines sur des sujets non dépressifs. Lors de l’étude, il y a eu 11 tentatives de suicide, et 4 suicides effectifs.
 
L’antidépresseur peut-il lui aussi induire un comportement violent à l’égard de soi ou d’autrui ? Le risque de suicide est connu depuis quasiment toujours : pour des raisons probablement promotionnelles, on a voulu l’oublier avec les nouveaux antidépresseurs (type fluoxétine et apparentés), mais il a fallu se rendre à l’évidence et se rendre compte qu’ils n’étaient pas ces médicaments « miracles » que l’on avait célébrés depuis la fin des années 1980. Pour ce qui concerne la violence à l’égard des autres, l’une des plus récentes études disponibles[1] identifie plusieurs dizaines de médicaments hautement suspects, dans lesquels on retrouve certes des benzodiazépines : mais le risque de loin le plus net semble lié aux médicaments qui augmentent la disponibilité de la sérotonine ou de la dopamine au niveau du cerveau, à savoir et comme par hasard les nouveaux antidépresseurs (fluoxétine et apparentés) et, plus encore, la varénicline (sevrage tabagique).
 
Irak ; Big pharma a tué plus de soldats que les combattants énnemis
 
Coalition des parents ayant enduré le Suicide
 
l'augmentation alarmante de patients se présentant Dans les salles d'urgence de l'Hôpital avec le syndrome sérotoninergique, UNE forme Potentiellement mortelle de la drogue déclenchée par l'empoisonnement par des antidépresseurs
 
"les adultes déprimés traités par la paroxétine peuvent être six fois plus susceptibles de présenter des comportements suicidaires que les adultes traités par le placebo."
 
Professeur Healy: prozac et suicides
«probablement 50 000 personnes se sont suicidées sur Prozac depuis son lancement, au-delà du nombre qui aurait fait si elle n'est pas traitée. "
 
LIST OF SOME OF THE CASES OF HOMICIDES AND ATTEMPTED HOMICIDES THAT HAVE OCCURRED ON SSRI, SNRI & OTHER ANTIDEPRESSANTS,
 
Les résultats de cette étude montrent que, chez les personnes de plus de 65 ans, le traitement par antidépresseur est significativement associée à un risque accru de mortalité à long terme, en particulier de causes cardiovasculaires.
 
200.000 personnes meurent chaque année des médicaments sur ordonnance, mais seulement 20.000 meurent à la suite de l'utilisation de drogues illégales
 
Le résultat aurait été le même si on leur avait donné un antidépresseur ISRS qui inhibe le métabolisme de la sérotonine. C’est un holocauste national.
 
Toute interruption abrupte du traitement ou diminution de la dose peut provoquer des symptômes graves ou même mortels
 
En juin 2001, un jury au Wyoming a déterminé que la drogue Paxil / déroxat, un antidépresseur a fait tuer un homme son épouse, sa fille et sa petite-fille avant de massacre lui-même. Le jury a attribué à la famille survivante $8 millions dans les dommage
 
déroxat / séroxat /paxil : la thalidomide de la santé mentale
 
Une seconde psychiatre a attribué mardi le meurtre de Nancy Michaud à l'Effexor, l'antidépresseur que consommait Francis Proulx.

le coté obscur des médicaments psychiatriques
études de cas

Colombine survivor met en garde contre les dangers des antidépresseurs
Le premier antidépresseur Eric Harris a été donnée était Zoloft. Dans les six semaines suivant la prise du médicament signalés Eric qu'il avait des pensées suicidaires et homicides. Il est clair médecins soupçonnaient l'antidépresseur, car ils l'ont arrêté le médicament immédiatement. Eric Harris a été prise d'utiliser ce médicament mais a été mis sur Luvox.Le Luvox fit aussi avoir des pensées violentes et meurtrières intention Eric Harris tué des étudiants de Columbine. Les familles de Columbine a déposé une poursuite en justice contre Solvay, le fabricant de l'antidépresseur Luvox. Les compagnies pharmaceutiques ont menacé de contrer sue aux victimes de Columbine pour un résultat toutes les victimes ont rétracté leurs poursuites judiciaires, sauf Mark Allen Taylor.Mark s'est levé à la pression et d'intimidation par la compagnie pharmaceutique qui a eu grand-chose à perdre par la publicité causée par Marc histoire tragique des victimes

« Pousser les enfants au suicide avec les pilules du bonheur. »
professeur peter Gotzsch (anglais)

Suicide chimiquement induits : 80 pour cent des victimes de Suicide prend des antidépresseurs
Pas un seul mot est écrit au sujet du fait plus convaincant : plus 80 % des personnes se tuer ont été traités avec des médicaments utilisés en psychiatrie," écrit de Janne Larson.l

Partager cet article
Repost0

PILULES CONTRACEPTIVES et stérilet hormonal mirena

Publié le

La pilule contraceptive peut avoir une incidence sur l'humeur. Elle peut en particulier entraîner des dépressions. C'est un fait connu depuis les années 60 qui a été confirmé depuis.
 
Pilule et dépression : Je passe ainsi le pire printemps de ma vie. Ce qui se manifestait comme une déprime se transforme en vraie dépression avec la prise de la pilule : je suis toujours en larmes, sur la défensive, je retrouve de vieilles angoisses que j’avais réglées depuis une dizaine d’années.
 
obtient nouvel avertissement de risque de dépression et de suicide
 
groupe facebook
 
Sous stérilet hormonal, certaines femmes ressentent des symptômes dépressifs. Et quand elles le disent ? On ne les prend souvent pas au sérieux.
 
C'est peut-être le début d'un scandale sanitaire mondial, avec des milliers de plaintes en Espagne, aux Etats-Unis, contre les effets secondaires délétères du stérilet hormonal Mirena. En France, des témoignages arrivent par centaines chaque jour sur Internet, alors que l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé commence à reconnaître les effets secondaires du contraceptif des laboratoires Bayer.
 
Deux jours plus tard Marianne est envahie d'idées suicidaires!!!! Visite à l'urgence, psychiatrie, etc. On lui répond: «Consultez un psy et ça ira». Le lendemain matin ça ne va vraiment pas mieux, elle passe donc quelques jours au centre de crise, trouve une merveilleuse psy, fait tout ce qu'il faut, mange bien, fait de l'exercice, prend soin d'elle, mais ça ne va pas mieux. Un mois plus tard sa psy la trouve trop dépressive pour poursuivre. Un autre petit séjour à l'urgence psychiatrique, revoit son médecin, on augmente la dose des antidépresseurs. Elle va bien pour quelques jours, tout le monde reprend espoir, et hop ça retombe.
Partager cet article
Repost0

1 2 > >>